Val-David, transport actif, ski de fond, transport, mobilité, mobilité durable, plein air,
array(26) { ["ID"]=> int(37133) ["post_author"]=> string(2) "85" ["post_date"]=> string(19) "2020-11-25 09:51:52" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2020-11-25 14:51:52" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(27) "Skier jusqu’à l’école" ["post_excerpt"]=> string(240) "Le transport actif, c’est naturel pour Jean-Louis Doss, qui travaille comme guide et créateur de circuits pour une entreprise de tourisme. Avec son fils de 10 ans, Théo, il prend même le chemin de l’école primaire… en ski de fond." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(36) "val-david-ski-de-fond-ecole-primaire" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-03-05 14:32:45" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-03-05 19:32:45" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=37133" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
©Simon de Montigny
Created with Lunacy 2 min

Skier jusqu’à l’école

Le transport actif, c’est naturel pour Jean-Louis Doss, qui travaille comme guide et créateur de circuits pour une entreprise de tourisme. Avec son fils de 10 ans, Théo, il prend même le chemin de l’école primaire… en ski de fond.

Jean-Louis Doss
52 ans
Travaille dans le domaine du tourisme actif
En couple, un enfant
Val-David

« Quand l’hiver arrive, c’est le fun de pouvoir continuer à se rendre à l’école en ski et à pied », se réjouit le résident de Val-David, dont le domicile est situé à 300 m de la voie cyclable du P’tit Train du Nord.

 La fréquence à laquelle Jean-Louis et Théo chaussent leurs skis varie selon les périodes. Certaines semaines, ils parcourent la distance de 1,5 km tous les jours. « Évidemment, en ce moment, avec la COVID-19, c’est compliqué parce qu’il ne peut pas apporter son équipement à l’école ni se changer », se désole Jean-Louis. Lorsque Théo fait le trajet en ski, son père emporte ses bottes dans un sac à dos et ils font l’échange au bout de la piste.

 Pour Jean-Louis, le ski de fond est une bonne façon de commencer la journée, surtout « pour un jeune garçon qui a pas mal d’énergie », même si cela implique de se lever une quinzaine de minutes plus tôt. Ils ne sont pas les seuls à se déplacer en ski à Val-David. « Beaucoup de gens de mon âge ont choisi de s’établir ici pour le plein air », constate-t-il. Il concède toutefois que le ski n’est pas un sport pratiqué par tous. « Les autres parents vont souvent être portés à simplement marcher avec leurs enfants », dit-il.

Ça permet de commencer la journée par un bol d’oxygène, c’est vraiment bien.
Jean-Louis Doss

Le froid plutôt que le verglas

Pour le père de famille, la météo n’est pas un frein. « Au cours de la fin de semaine, il faisait -15 °C avec un facteur éolien d’environ -30 °C. On a tout de même fait une sortie de trois heures de ski de fond », raconte-t-il.

Jean-Louis précise qu’en général le temps froid s’accompagne de bonnes conditions de ski. Seule la pluie verglaçante le contraint à utiliser sa voiture. « Mais heureusement, ici, il fait quand même 4 ou 5 °C de moins qu’à Montréal. On a moins souvent ces conditions-là », souligne-t-il.

Selon Jean-Louis, le ski se révèle un moyen de transport « facile », dès qu’on songe à le mettre à l’horaire. Et comme sa conjointe et lui sont en télétravail, ils profitent souvent d’une demi-heure de plein air supplémentaire après avoir mené leur fils à l’école. « Ça permet de commencer la journée par un bol d’oxygène, c’est vraiment bien », conclut-il, convaincu.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram.