profils climatiques des Québécoises et Québécois
array(26) { ["ID"]=> int(26017) ["post_author"]=> string(2) "53" ["post_date"]=> string(19) "2020-02-04 10:13:25" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2020-02-04 15:13:25" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(61) "Les cinq profils climatiques des Québécoises et Québécois" ["post_excerpt"]=> string(644) "Vous manipulez votre compost avec des gants de vaisselle et allez le porter à reculons ou vous êtes plutôt du genre à cuisiner jusqu’à vos fanes de carottes? Vous pensez qu’il est trop tard ou vous avez encore foi en l’humanité pour renverser la vapeur? Nous avons tous nos émotions, nos convictions et notre réalité quotidienne lorsqu’il est question de contribuer à la lutte contre les changements climatiques. Le Laboratoire sur l’action climatique, une collaboration entre Unpointcinq et l’Université Laval, a décortiqué notre disposition par rapport à cet enjeu pour en dégager cinq profils climatiques." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(41) "profils-climatiques-quebecoises-quebecois" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-02-04 13:30:46" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-02-04 18:30:46" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=26017" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
Created with Lunacy 4 min

Les cinq profils climatiques des Québécoises et Québécois

Vous manipulez votre compost avec des gants de vaisselle et allez le porter à reculons ou vous êtes plutôt du genre à cuisiner jusqu’à vos fanes de carottes? Vous pensez qu’il est trop tard ou vous avez encore foi en l’humanité pour renverser la vapeur? Nous avons tous nos émotions, nos convictions et notre réalité quotidienne lorsqu’il est question de contribuer à la lutte contre les changements climatiques. Le Laboratoire sur l’action climatique, une collaboration entre Unpointcinq et l’Université Laval, a décortiqué notre disposition par rapport à cet enjeu pour en dégager cinq profils climatiques.

Ça vous intrigue? Voici un aperçu des différents groupes : à vous de voir celui auquel vous vous identifiez le plus. Vous vous en doutez, comme l’humain, les profils sont plus nuancés et complexes que cela. Jetez un coup d’œil au Baromètre de l’action climatique pour lire leur description détaillée.

profils climatiques des Québécoises et Québécois : les décidés

Les décidés

Un peu inquiète quand on lui parle de climat, Catherine garde pourtant espoir : il n’est pas trop tard! C’est en tout cas ce qu’elle répète à ses deux ados écoanxieux. Pour elle, tout le monde doit contribuer! Consciente de faire elle-même partie du problème, la quinquagénaire décide de prendre le taureau par les cornes en posant des gestes concrets au quotidien. Motivée, Catherine voudrait même aller plus loin. Ça tombe bien, elle s’est renseignée et pense savoir quoi faire! Elle est toujours partante pour intégrer de nouvelles habitudes climato-sympatiques. En fait, elle trouve ça pas mal facile de passer à l’action.

profils climatiques des Québécoises et Québécois : les consciencieux

Les consciencieux

Retraité et grand promeneur, Normand est bien placé pour remarquer qu’il y a de moins en moins de neige l’hiver et que les étés sont de plus en plus chauds. Tracassé par le problème climatique, mais optimiste dans l’âme, l’homme de 72 ans reste convaincu qu’il existe des solutions, ce qui fait qu’il n’est pas trop inquiet pour le futur. Selon lui, tout le monde doit s’impliquer, le gouvernement, les villes et les entreprises aussi. Il passe lui-même à l’action au quotidien, pas tant par amour pour la nature que par altruisme, pour le bien de tous. Allergique depuis longtemps au gaspillage alimentaire, il fait maintenant son petit compost qu’il utilise dans son jardin. Très motivé à en faire plus, il a même changé sa tondeuse à essence pour une machine électrique. Mais bon, on ne se contera pas d’histoire, Normand ne trouve pas ça nécessairement toujours plaisant de lutter au quotidien, mais il s’en fait un devoir moral.

profils climatiques des Québécoises et Québécois : les inquiets

Les inquiets

Ariane vient de déménager en appartement à Sept-Îles avec son chum. Pour elle, qui est attachée à sa nouvelle liberté, le grand défi dans l’action climatique, c’est surtout de modifier ses petites habitudes. En même temps, de son propre aveu, elle ne sait ni vraiment quoi faire ni quels gestes vont avoir un impact. C’est sûr que la jeune femme est préoccupée par les enjeux environnementaux, tout le monde en parle! Mais, quelque part, elle a le sentiment qu’il est peut-être déjà trop tard. Malgré tout, la Nord-Côtière prend la peine de trier consciencieusement le contenu de son bac de recyclage. Mais éviter de prendre son char pour aller au dépanneur, elle n’est pas encore rendue là.

profils climatiques des Québécoises et Québécois : les réciproques

Les réciproques

Célibataire et sans enfant, Geneviève, une Montréalaise pure laine, a profité de sa vingtaine pour finir ses études et voyager un peu partout dans le monde. Âgée 28 ans, elle croit qu’il est urgent d’agir face aux enjeux climatiques parce que, selon elle, c’est surtout sa génération qui va y goûter. Elle considère déjà qu’elle fait des choix et pose des gestes pour limiter son empreinte carbone : chaque matin, elle emporte par exemple sa tasse réutilisable pour son café en se rendant au boulot. Mais ce qui la distingue le plus, c’est qu’elle a la conviction profonde que les individus ont fait leur part! C’est maintenant au tour des gouvernements, des entreprises, des villes – des grands acteurs, quoi – d’agir.

profils climatiques des Québécoises et Québécois : les détachés

Les détachés

Marc possède une petite entreprise de construction sur la rive sud de Québec. Il ne comprend pas tellement toute cette agitation autour des changements climatiques. Surtout, la quadragénaire ne voit pas l’utilité d’agir au Québec, alors que certains pays émettent pas mal plus de gaz à effet de serre que nous autres. De plus, il ne voit pas pourquoi il se priverait de tout ce qu’il aime, son quatre-roues, sa moto tout-terrain, son bateau, et puis surtout que ça n’affectera même pas sa génération… En ce qui le concerne, ce n’est pas lui, à sa petite échelle, qui va faire une différence.

LIRE AUSSI

Bien informer notre monde, l’édito du fondateur d’Unpointcinq