zéro déchet, paille, paille réutilisable, sac réutilisable, plastique, sac plastique, gaspillage alimentaire,
array(29) { ["ID"]=> int(34980) ["post_author"]=> string(2) "56" ["post_date"]=> string(19) "2020-12-14 12:00:26" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2020-12-14 17:00:26" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(0) "" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(20) "zero-dechet-top-2020" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-12-15 15:31:29" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-12-15 20:31:29" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(56) "https://unpointcinq.ca/?post_type=blog-post&p=34980" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(9) "blog-post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["displayCategories"]=> bool(true) ["displayAuthor"]=> bool(false) ["displayAuthorBottom"]=> bool(true) ["header"]=> string(4) "blog" ["page_banner_options"]=> array(1) { [0]=> string(0) "" } }
©envato

Zéro déchet : mon top 8 de l’année 2020

14 décembre 2020 - Amélie Côté, Spécialiste de la gestion des matières résiduelles et de l’obsolescence

Si l’année 2020 a été riche en rebondissements dans le zéro déchet, la pandémie a aussi remis en question des pratiques de réduction à la source. Ce faisant, il reste encore du chemin à faire pour qu’on reprenne certaines habitudes, comme le réemploi et les achats seconde main.

Cela dit, pour finir l’année sur une note positive, j’ai recensé des initiatives, des changements et des moments forts qui ont marqué ces douze derniers mois.

8.

Comme un ver d’oreille (qui n’a jamais eu la chanson « Coton ouaté » dans la tête?), Bleu Jeans Bleu a récidivé avec la chanson « Oublie pas tes sacs». Cette campagne soutenait l’annonce du retour des sacs réutilisables chez IGA, qui ont été mis de côté pendant des mois par plusieurs commerces en alimentation. On ne trouve d’ailleurs plus de sacs en plastique chez IGA depuis le 1erseptembre.

7.

Le retrait de certains articles à usage unique concorde avec la volonté du gouvernement fédéral d’agir pour réduire la production de plastiques difficilement recyclables. En octobre dernier, le ministre canadien de l’Environnement et du Changement climatique annonçait la première étape de sa stratégie visant l’atteinte de zéro déchet de plastique d’ici 2030. Cette stratégie prévoit notamment le bannissement des sacs en plastique, des pailles, des bâtonnets à mélanger, des porte-canettes, des ustensiles et des récipients alimentaires dès 2021.

Pour plus d’information, consultez le site d’Environnement et Changement climatique Canada.

6.

Pour contrer les idées reçues sur les risques sanitaires associés au zéro déchet, 120 scientifiques ont soutenu l’usage des contenants réutilisables en temps de pandémie. Leur déclaration commune a permis de déboulonner certains mythes quant aux risques associés à l’achat en vrac, notamment.

5.

Le port du masque au quotidien a certes montré qu’on est capables d’adopter rapidement de nouveaux comportements, mais il s’est aussi traduit par une importante hausse des déchets et de la pollution dans les espaces publics. Heureusement, plusieurs se sont attelés à la tâche de trouver des solutions de rechange aux masques jetables. Parmi celles-ci, on retrouve : 

  • Le masque réutilisable N99, conçu et fabriqué au Canada, qui filtre 99 % des particules dans l’air; c’est une solution reconnue pour remplacer les masques N95.
  • Le consortium N95DECON, regroupant plus d’une centaine de scientifiques, qui a analysé les procédés de décontamination des masques de type N95 et a validé des méthodes qui permettent de les réutiliser de 10 à 20 fois.

4.

À la suite d’une initiative citoyenne, la Ville de Montréal tient actuellement une consultation publique pour faire cesser le gaspillage alimentaire. C’est l’occasion pour toutes les personnes et organisations interpellées par cet enjeu de se prononcer sur les actions prévues et de proposer des solutions pour réduire les pertes de nourriture qui ont lieu tout au long de la chaîne, de la production à la consommation en passant par la distribution. Il sera intéressant de connaître les résultats de cette initiative! 

3.

Comme je suis particulièrement interpellée par les solutions concrètes visant à prolonger la durée de vie de nos objets, j’ai été enchantée d’apprendre que Protégez-vous et RECYC-QUÉBEC se sont associés pour développer un indice de réparabilité des objets en 2020.

Et, ne l’oublions pas : nous sommes encore dans l’attente des résultats de la consultation publique visant à modifier la Loi sur la protection du consommateur pour y ajouter des notions de durabilité, de réparabilité et d’obsolescence. Plusieurs outils sont à notre portée pour nous aider à réduire notre impact sur le climat et à prendre soin de nos objets.

2.

En février dernier, le ministre québécois de l’Environnement annonçait son plan d’élargissement de la consigne à l’ensemble des contenants de boissons en 2022. Et il était temps, car le système de consignation du Québec n’avait pas été modifié depuis 30 ans. Nous sommes tous d’accord pour dire que 5 cents de 1990 n’ont plus du tout la même valeur aujourd’hui! De plus, un système basé sur le contenu plutôt que le contenant – où seules les bières et les boissons gazeuses étaient consignées – était peu adapté à la diversité des contenants de boissons que l’on retrouve sur le marché.

Mon vœu zéro déchet est que ces modifications réglementaires mènent au développement de nouveaux systèmes de réutilisation des contenants de boissons afin que la consigne élargie permette de mettre en place des projets d’économie circulaire.

1.

En France, la Loi anti-gaspillage pour une économie circulaire a été adoptée en novembre. On y retrouve plusieurs objectifs ambitieux qui contribueront à mettre en place des changements importants dans la manière de produire et de consommer, par exemple : 

  • Remplacer la vaisselle jetable des fast-food par de la vaisselle réutilisable d’ici 2023.
  • Communiquer aux consommateurs l’équivalent de leur consommation Internet et mobile en gaz à effet de serre (un pas important pour encourager la sobriété du réseau Internet).
  • Interdire l’élimination des invendus non alimentaires.

Il s’agit là de mesures qui contribueront concrètement à un changement de paradigme!

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram.