Vivre sans voiture, transport, vélo, Abitibi, voiture, transport actif, mobilité, mobilité durable
array(26) { ["ID"]=> int(35743) ["post_author"]=> string(2) "48" ["post_date"]=> string(19) "2021-01-19 10:00:51" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-01-19 15:00:51" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(63) "Pas d’chum, pas d’char... Comment fait-on avec des enfants?" ["post_excerpt"]=> string(221) "Vivre sans voiture en région est un défi en soi. Et quand on a un ou des enfants, est-ce même possible? À la lumière de sept mois d’expérimentation, voici quelques trucs, constats et anecdotes sur cette réalité." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(46) "vivre-sans-voiture-en-abitibi-avec-des-enfants" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-01-19 08:44:47" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-01-19 13:44:47" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=35743" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
Created with Lunacy 5 min

Retombées positives générales

Pas d’chum, pas d’char… Comment fait-on avec des enfants?

Vivre sans voiture en région est un défi en soi. Et quand on a un ou des enfants, est-ce même possible? À la lumière de sept mois d’expérimentation, voici quelques trucs, constats et anecdotes sur cette réalité.

Voilà maintenant près de sept mois que j’ai choisi de passer un an sans voiture… à Val-d’Or, en Abitibi! Mais la décision n’impliquait pas que moi. Mon chum? Non, je suis célibataire. C’est Estelle, ma fillette d’alors sept ans ‒ aujourd’hui huit ‒ que j’allais entraîner dans ma folle aventure. Dieu merci, jusqu’à maintenant, sa santé physique et mentale se porte toujours bien. Le secret? Une main de fer dans un gant de velours! Croire fermement en mon projet tout en faisant preuve de souplesse et de créativité m’a permis de lui faire apprécier l’expérience. D’ailleurs, elle est toujours capable de voir son vélo… même en peinture!

Go les jambes!

L’école d’Estelle est située à moins d’un kilomètre de la maison. Cette petite marche de santé d’à peine 10 minutes lui fait faire de l’exercice, en plus de renforcer son autonomie. Elle connaît maintenant le quartier comme le fond de sa poche.

À l’époque où nous avions une voiture, lorsque la routine matinale devenait chaotique (ah non? pas chez vous?) il arrivait que nous filions en voiture pour éviter un retard. Rapidement, j’ai constaté le ridicule de cette mauvaise habitude. En hiver, le temps que les vitres dégèlent, je faisais tourner le moteur à l’arrêt plus longtemps que la durée de notre trajet! J’ai alors implanté cette règle : beau temps, mauvais temps, interdit d’utiliser la voiture pour aller à l’école. Au pire, on sera en retard!

Lire aussi

Les aventurières du transport actif

Épicerie, pharmacie, quincaillerie… Magasiner les vêtements, les chaussures, les effets scolaires… Au cours des derniers mois, les courses se sont parfois transformées en véritables expéditions! Au lieu de se presser pour cocher tous les éléments sur notre liste de commissions en un avant-midi afin d’avoir le temps de faire des activités en après-midi, on part désormais pour la journée en combinant les deux.

À quoi ça ressemble? Premier arrêt : on stationne les vélos au centre-ville et on marche pour faire les achats dans le secteur. Deuxième arrêt : la quincaillerie, qui se trouve au sommet d’une pente abrupte. « Lâche-pas, après la quincaillerie, on arrête à la crèmerie! ». Faire le plein de sucre redonne à Estelle l’énergie nécessaire pour pédaler jusqu’au magasin de vêtements, puis se rendre au parc sur le chemin du retour pour pique-niquer et s’amuser. À la fin de la journée, les tâches sur notre liste sont accomplies, nous avons roulé 10 km et nous avons eu beaucoup de plaisir par-dessus le marché.

Vivre sans voiture, transport, vélo, Abitibi, voiture, transport actif, mobilité, mobilité durable
Au cours des derniers mois, les courses se sont parfois transformées en véritables expéditions!

Pendant les vacances, nous sommes même allées camper à vélo! Estelle a réussi à parcourir près de 70 kilomètres en trois séquences. Un arrêt baignade sur la route, et le tour est joué! Je n’ai presque pas entendu de « Mamaaaaaan…. quand est-ce qu’on arriiiiiiiiiive? ».

Les enfants ont le droit d’avoir un « break »

Ne pas posséder de voiture ne veut pas dire qu’il est interdit de s’asseoir dans une voiture! Quand je suis seule, j’accepte très rarement les offres de prêt de véhicule qu’on me propose. Ce n’est pas que de l’orgueil, c’est réellement juste plus plaisant pour moi d’utiliser mon deux-roues.

Mais ce n’est pas toujours le cas pour ma fille, et je respecte ses limites. Je planifie donc les parcours les plus difficiles en son absence. Et il nous est arrivé d’emprunter la voiture de sa grand-mère lors des journées pluvieuses et froides de novembre.

L’autre moyen de donner une pause de pédalage aux enfants est de recourir aux vélos de type cargo. Ce genre de bolide est utile pour transporter de grosses cargaisons et un ou plusieurs enfants. J’ai eu la chance d’en louer à quelques reprises, au grand plaisir d’Estelle qui pouvait se reposer les jambes lorsqu’elle était fatiguée – et entraîner les miennes, par la même occasion. Les familles qui en ont les moyens peuvent se doter du même genre d’engin, mais électrique.

Vivre sans voiture, transport, vélo, Abitibi, voiture, transport actif, mobilité, mobilité durable
Pour de courts trajets, Émélie Rivard-Boudreau installe un confortable petit coussin sur son porte-bagage arrière afin de transporter sa fille.

Enfin, pour de courts trajets, l’autre solution que nous avons trouvée est d’installer un confortable petit coussin sur mon porte-bagage arrière. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus « réglo », mais à ma défense, je me suis quand même assurée que le porte-bagage pouvait supporter le poids d’Estelle – qui porte toujours son casque et qui prend un malin plaisir à se faire donner des rides. Sachez néanmoins qu’il existe des sièges à installer sur le porte-bagage pour des enfants de cinq ans et plus allant jusqu’à 75 livres (35 kg). Dommage que ma grande fille ait déjà atteint ce poids…

Pour suivre les aventures d’Émélie : la page Facebook Guidon en région.

Des gadgets et du bon matériel, ça aide!

Sans vouloir vous pousser à la dépense, on vous présente quelques petits équipements qui peuvent améliorer l’expérience des enfants vivant dans une famille sans voiture.

  • Un vélo en ordre et des pneus bien gonflés : ça pédale mieux et plus vite!
  • Un porte-bagage et des sacoches sur le vélo des enfants : ils peuvent aider à transporter des courses sans l’inconfort d’un sac à dos.
  • Des cuissards rembourrés : pas mauvais pour les fesses, surtout lors des longues distances.
  • Un haut-parleur Bluetooth : bien pratique aussi lors des longues distances. Qui sait jusqu’où une liste de lecture entraînante pourra vous mener?
  • Pneus à clous : pour que toute la famille puisse continuer à se déplacer à vélo en hiver.