Mères au front, Marie-Josée Racine, Mère au front
array(26) { ["ID"]=> int(38917) ["post_author"]=> string(2) "57" ["post_date"]=> string(19) "2021-05-04 06:00:28" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-05-04 10:00:28" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(36) "Les choix d'une mère pour le climat" ["post_excerpt"]=> string(291) "Marie-Josée Racine a joint les rangs des Mères au front pour calmer son écoanxiété grandissante. Pour la maman de trois enfants, s’impliquer dans la lutte aux changements climatiques est d’abord et avant tout une question de priorités et de choix de vie… qui se font en famille. " ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(27) "meres-au-front-choix-climat" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-05-04 09:50:01" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-05-04 13:50:01" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=38917" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
© Roger St-Laurent, photographe.
Created with Lunacy 3 min

Les choix d’une mère pour le climat

Marie-Josée Racine a joint les rangs des Mères au front pour calmer son écoanxiété grandissante. Pour la maman de trois enfants, s’impliquer dans la lutte aux changements climatiques est d’abord et avant tout une question de priorités et de choix de vie… qui se font en famille.

La première chose que l’on remarque chez Marie-Josée Racine, c’est son tempérament calme, sa voix douce. Amatrice de plein air et de nature, la Montérégienne d’origine a décidé de s’installer avec son amoureux à Maria, en Gaspésie, pour y élever sa famille et y développer un petit projet agricole.

Celle qui détient un baccalauréat en géographie et une maîtrise en sciences de l’eau a toujours eu un intérêt marqué pour l’environnement. Même si elle a commencé à s’impliquer au début de la vingtaine, c’est depuis qu’elle est maman que son désir d’agir pour le climat s’est transformé en nécessité.

On est dans la chnoute

Il y a trois ans, Marie-Josée a réalisé qu’« on était vraiment dans la chnoute avec les changements climatiques ». Elle s’est mise à s’inquiéter pour l’avenir de ses enfants et à s’imaginer toutes sortes de scénarios apocalyptiques. « J’avais besoin de faire quelque chose pour calmer mon écoanxiété. Je me suis dit : “Soit je continue à me morfondre, soit j’agis pour trouver des solutions.” Je ne sais pas si mes implications auront de l’impact, probablement pas ou peu, mais c’est quand même mieux pour moi que de ne rien faire », soutient la maman de trois enfants âgés de 6, 11 et 13 ans, dont un vit avec un handicap.

 

La néo-Gaspésienne parle de son engagement pour le climat comme d’une série de choix de vie. Il y a bien sûr celui de s’impliquer, mais aussi celui de vivre simplement et le plus possible dans le respect de l’environnement. « Mon conjoint travaille à temps partiel afin de rester disponible pour la famille et pour notre fils avec des besoins particuliers, ce qui me permet de m’investir dans plusieurs projets tout en travaillant à temps plein », explique la conseillère en gestion du territoire public au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles.

Marie-Josée Racine, mère au front, urgence climatique
Depuis 2018, Marie-Josée Racine s’implique pour la cause climatique de différentes façons.© Sarah Lacroix photographie

Maman est partie militer

Depuis 2018, Marie-Josée s’implique pour la cause climatique de différentes façons. Elle a notamment cocréé la branche Baie-des-Chaleurs du mouvement La planète s’invite au Parlement. Elle a découvert le mouvement Mères au front grâce à un article dans La Presse dans lequel étaient interviewées ses cofondatrices Laure Waridel et Anaïs Barbeau-Lavalette. « Je me suis dit : “Wow, ça me parle, ça!” » Avec deux autres mamans, elle a officialisé en mai 2020 le groupe Mères au front – Baie-des-Chaleurs, qui compte actuellement plus de 200 membres sur Facebook.

J’avais besoin de faire quelque chose pour calmer mon écoanxiété. Je me suis dit : “Soit je continue à me morfondre, soit j’agis pour trouver des solutions” .Marie-Josée Racine

Quelques lettres ouvertes, rencontres avec les députés, veillées et publications Facebook plus tard, la femme de 41 ans ne nie pas que ses multiples implications sont énergivores. « C’est beaucoup d’heures le soir, quand on a déjà sa journée dans le corps », admet-elle. Son triple défi est de ne pas s’épuiser à la tâche, de demeurer une mère disponible ainsi qu’une employée performante au travail. « Mon leitmotiv, c’est qu’on ne peut pas savoir exactement ce qui se passera dans l’avenir avec les changements climatiques, mais peu importe ce qui arrivera, je pourrai dire à mes enfants que j’aurai fait tout mon possible pour changer les choses », conclut-elle.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram.