SUUM, savon, achat local, produits naturels, fabrication de savons, Laurentides, emballage recyclable, reforestation,
array(26) { ["ID"]=> int(43639) ["post_author"]=> string(2) "93" ["post_date"]=> string(19) "2021-11-12 06:00:57" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-11-12 11:00:57" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(33) "SUUM, des savons de mère en fils" ["post_excerpt"]=> string(308) "Quand on est aux rênes d’une gamme de produits naturels, il est logique qu’on se soucie de l’impact climatique de ses activités. C’est le cas de Brigitte Dubé et de Jean-Sébastien Normandeau, les deux têtes derrière SUUM, une petite entreprise familiale située dans les Laurentides. Rencontre." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(36) "suum-des-savons-naturels-laurentides" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-11-09 15:47:22" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-11-09 20:47:22" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=43639" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
©Philip Rouleau
Created with Lunacy 3 min

SUUM, des savons de mère en fils

Quand on est aux rênes d’une gamme de produits naturels, il est logique qu’on se soucie de l’impact climatique de ses activités. C’est le cas de Brigitte Dubé et de Jean-Sébastien Normandeau, les deux têtes derrière SUUM, une petite entreprise familiale située dans les Laurentides. Rencontre.

Par Mégane Mongeon, 14 ans, École secondaire Hormisdas-Gamelin, à Gatineau, en Outaouais
Jeune journaliste en environnement Sors de ta bulle – Cohorte 2021

« J’ai toujours aimé concocter des petites potions, que ce soit pour le jardinage, pour la maison ou pour le visage », se souvient Brigitte Dubé, fondatrice de l’entreprise SUUM (prononcer sou-oum). Pour elle, l’envie de créer des produits à son image a toujours été présente, mais elle s’est surtout concrétisée après qu’elle eut suivi un atelier pour apprendre à faire des savons. Il y a quatre ans, elle s’est donc lancée dans son projet entrepreneurial, qui lui permet d’exprimer sa créativité tout en utilisant quelques-uns de ses apprentissages acquis lors de son passage dans l’industrie pharmaceutique.  

Le nom de l’entreprise a été minutieusement choisi, puisque SUUM est un pronom latin qui signifie « son » ou « sien », donc son savon, le sien. « On l’adopte, explique Brigitte Dubé, on tombe en amour avec, et ça devient notre produit chouchou. » En plus d’un nom original, elle a choisi de donner des numéros à ses produits plutôt que des noms pour que ce soit plus facile à retenir. Par exemple, le savon aux agrumes est le numéro 6.     

Jean-Sébastien Normandeau, le fils de la fondatrice de SUUM, l’a rejointe en 2018, amenant ainsi l’idée de rendre l’entreprise la plus respectueuse de l’environnement possible. « J’ai toujours aimé partir des petits projets, admet-il. C’est quelque chose que j’ai depuis longtemps en moi. » De la gestion du site Web au développement de l’entreprise, il s’épanouit pleinement.

SUUM, savon, achat local, produits naturels, fabrication de savons, Laurentides, emballage recyclable, reforestation,
Brigitte Dubé ©Sarah Paradis
SUUM, savon, achat local, produits naturels, fabrication de savons, Laurentides, emballage recyclable, reforestation,
Jean-Sébastien Normandeau ©Sarah Paradis

L’environnement et le climat à cœur

En plus de choisir des ingrédients naturels, sans parabène et huile de palme, pour leurs produits, la mère et le fils tentent de limiter l’empreinte climatique de SUUM de plusieurs façons. L’entreprise a notamment opté pour des emballages en carton recyclable pour la livraison. Et ce n’est pas tout : une partie de leurs ventes est maintenant versée à des projets de reforestation, tels que Jaguar Amazon REDD, en Amazonie.

Cette année, pour diminuer leur production de déchets, ils ont décidé de supprimer de leur catalogue tous les produits qui étaient conservés dans des pots de plastique, comme les baumes pour les lèvres et les sels de bain. « Même si ça affecte nos ventes, même si on enlève des produits de notre gamme, c’est important de le faire », précise Jean-Sébastien Normandeau.

La crise climatique interpelle beaucoup le jeune homme. « La nature est déchaînée en ce moment. Nous, les humains, on n’en prend pas soin », déplore-t-il. Placer les valeurs environnementales au cœur de l’entreprise est ainsi une manière pour lui de faire sa part.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram. Abonnez-vous à notre infolettre