composter, pomme, déchets, déchets alimentaires, compost, gaz à effet de serre, déchets de table, méthane, biogaz, action climatique,
array(26) { ["ID"]=> int(35571) ["post_author"]=> string(2) "53" ["post_date"]=> string(19) "2021-01-08 06:00:50" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-01-08 11:00:50" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(33) "Composter, quessé que ça donne?" ["post_excerpt"]=> string(247) "En plus de réduire la quantité de déchets alimentaires qui échouent au dépotoir, le compostage permet d’éviter l’émission d’une importante quantité de gaz à effet de serre (GES) et de produire plein de bons nutriments pour les sols." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(24) "composter-interet-climat" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-01-04 20:56:21" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-01-05 01:56:21" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=35571" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
©envato
Created with Lunacy 3 min

Retombées positives générales

Composter, quessé que ça donne?

08 janvier 2021 - Aurélie Lagueux-Beloin, Du tyrannosaure au climat

En plus de réduire la quantité de déchets alimentaires qui échouent au dépotoir, le compostage permet d’éviter l’émission d’une importante quantité de gaz à effet de serre (GES) et de produire plein de bons nutriments pour les sols.

L’enfouissement des déchets de toutes sortes est à l’origine de 6 % des GES du Québec, soit 4,6 millions de tonnes d’équivalent CO2 (2017). En compostant nos résidus alimentaires, on peut cependant réduire considérablement ce bilan. En effet, simplement en mettant ses restes de table au compost, un ménage québécois réduit son empreinte carbone de 607 kilogrammes d’équivalent CO2 par an, selon l’estimation du CIRAIG pour la Bourse du carbone Scol’ERE.

Composter, c’est simplement transformer des restes de table, des pelures de fruits et légumes et diverses matières organiques comme des feuilles mortes en humus, un produit qui ressemble à de la terre, mais qui est boosté en minéraux. Après être passés par un processus de décomposition naturel, votre pelure de banane ou votre cœur de pomme deviennent un fertilisant qui nourrit le sol et les plantes, résume Lili Michaud, agronome et autrice de l’ouvrage de vulgarisation Le compost : Pourquoi? Comment? (MultiMondes, 2016).

En mettant ses restes de table au compost, un ménage québécois réduit son empreinte carbone de 607 kilogrammes d’équivalent CO2 par an.

L’élément clé à retenir dans le processus de compostage, c’est la présence d’oxygène, poursuit-elle. La transformation des déchets organiques se fait par l’action combinée des bactéries, des champignons, des microorganismes et des macroorganismes, dont les vers de terre. Tout ce beau monde, comme vous et moi, a besoin de respirer. Lorsque des matières organiques sont jetées dans des sacs poubelle, celles-ci sont ensuite compactées, enfouies, puis recouvertes de matières inertes comme du béton, des briques, des restes de matériaux de construction, ou encore de la terre. Le processus de décomposition des matières organiques, qui se fait alors sans oxygène, produit des biogaz, dont le méthane (CH4), qui est un GES 25 fois plus néfaste pour l’atmosphère que le gaz carbonique (CO2).

Dans certains sites d’enfouissement, le biogaz est capté et brûlé à l’aide d’une torchère afin d’être utilisé pour produire de l’énergie. Ce système permet d’alléger le bilan carbone du dépotoir. Toutefois, le quart du méthane produit s’échappe et ne peut pas être récupéré, indique Recyc-Québec.

Moins de déplacements, moins de GES

D’après Recyc-Québec, les émissions de GES issues de la collecte et du transport de la matière organique sont minimes par rapport au gain provenant de son détournement de l’enfouissement, même lorsque cette matière parcourt une centaine de kilomètres.

La meilleure façon de pratiquer le compostage en faveur du climat est d’installer un composteur domestique dans votre cour ou sur votre balcon. Un simple bac en bois ou en plastique fait l’affaire. « En produisant votre compost sur place, vous profitez de tous ses bienfaits – vos plantes vous en remercieront! – tout en contribuant à éviter les déplacements hebdomadaires des camions de collecte », précise Lili Michaud.

Arrivée imminente du bac brun partout au Québec

Si votre municipalité ne collecte pas encore les « bacs bruns » à domicile, soyez patient. Le gouvernement Legault a présenté à l’été 2020 la Stratégie de valorisation de la matière organique, qui vise à soutenir les municipalités et commerces qui ne les récupèrent toujours pas.

Objectifs :

  • Instaurer la gestion de la matière organique sur 100 % du territoire municipal d’ici 2025;
  • Gérer la matière organique dans 100 % des industries, commerces et institutions d’ici 2025;
  • Recycler ou valoriser 70 % de la matière organique visée en 2030;
  • Réduire de 270 000 tonnes d’équivalent CO2 les émissions de GES en 2030.