Élections municipales, mobilité durable, transport actif, transport collectif, Québec
array(29) { ["ID"]=> int(42465) ["post_author"]=> string(2) "61" ["post_date"]=> string(19) "2021-09-13 07:00:51" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-09-13 11:00:51" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(0) "" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(50) "elections-municipales-exigeons-la-mobilite-durable" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-09-10 17:54:05" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-09-10 21:54:05" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(56) "https://unpointcinq.ca/?post_type=blog-post&p=42465" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(9) "blog-post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["displayCategories"]=> bool(true) ["displayAuthor"]=> bool(false) ["displayAuthorBottom"]=> bool(true) ["header"]=> string(4) "blog" ["page_banner_options"]=> array(1) { [0]=> string(0) "" } }
© Graphvision / Envato
Created with Lunacy 3 min

Plus on est debout, plus on vit

13 septembre 2021 - Olivier Roy-Baillargeon, Consultant en aménagement du territoire et mobilité durable

Sitôt élu le prochain Parlement, il faudra choisir la prochaine génération d’élus municipaux : celle qui devra passer à l’action climatique, relever le défi de l’avenir de l’humanité.

Pour vous outiller en vue de vos rencontres avec les personnes qui aspirent à vous représenter, je vous propose cet automne des engagements à leur faire adopter en échange de votre vote. Je commence aujourd’hui par un premier ensemble d’enjeux d’action municipale pour atténuer la crise climatique : la mobilité durable et l’accessibilité multimodale.

Engagez la conversation en leur faisant remarquer le problème de l’attribution fondamentalement inéquitable de l’espace des rues. Les décideurs locaux doivent être conscients que cette répartition est à la fois la cause et la conséquence du problème de taille de l’environnement bâti nord-américain. C’est la raison principale pour laquelle les enfants sont de moins en moins nombreux à marcher ou à pédaler pour se rendre à l’école, à l’instar de leurs parents qui prennent le volant pour le moindre trajet. Pas étonnant que la population du Québec soit de plus en plus sédentaire et en mauvaise santé.

Mentionnez-leur que résoudre ce problème en revoyant en profondeur l’allocation de l’espace des rues pour favoriser les modes actifs et collectifs permettrait de faire d’une pierre trois coups. Par des synergies cruciales, créer les conditions propices à sortir les gens des automobiles rehausse la santé des populations, des écosystèmes et des finances publiques :

  1. La pratique de la mobilité active explose proportionnellement à la réduction de l’insécurité.
  2. La qualité de l’air s’améliore proportionnellement à la réduction de la pollution atmosphérique.
  3. La participation à l’économie productive s’accroît proportionnellement à l’amélioration de l’accessibilité multimodale des emplois, des commerces et des services de proximité.

On en revient encore au principe de la saucisse Hygrade. D’une part, plus c’est efficace et sécuritaire de se déplacer à pied, à vélo ou en transport collectif, plus les gens sont nombreux à le faire. Et, réciproquement, plus ils sont nombreux à le faire, plus ça devient efficace et sécuritaire – pour tous les usagers de la route, automobilistes compris!

La priorité absolue de la prochaine génération d’élus municipaux devra être simple : aménager des voies réservées au transport collectif, des trottoirs larges bordés de végétation, des bandes cyclables protégées et des traverses sécurisées, pour améliorer la sécurité, la convivialité et l’accessibilité des rues tout en accroissant la fluidité des déplacements.

Attendez-vous à ce que les personnes candidates à l’élection municipale sourcillent quand vous leur expliquerez qu’il faut réaménager la ville pour ralentir la circulation, si on veut accroître la mobilité et la fluidité. Précisez-leur que, si ça semble contre-intuitif à première vue, les avantages majeurs des engagements municipaux en matière de mobilité durable ne sont plus à démontrer.

L’heure est venue de remettre le piéton, le cycliste et l’utilisateur du transport collectif au cœur des préoccupations des planificateurs et des décideurs. Parce que pour concevoir et aménager des villes qui marchent, la règle est on ne peut plus simple : plus on est debout, plus on vit.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram.