© Charles-Olivier Caron

La Côte-Nord s’électrise

Les Nord-Côtiers le savent bien : la 138 offre des panoramas merveilleux, mais qu’est-ce qu’elle peut être longue! Sur le seul axe routier qui relie la région d’est en ouest, des bornes de recharge électriques ont poussé cet été à l’intention des roadtrippeurs de passage. De quoi inciter aussi les gens du coin à conduire léger en carbone?

Techno / 25 septembre 2019

Été comme hiver, la routine de Stéphanie Thibault ne change pas. Chaque matin, elle débranche sa Chevrolet Bolt, dont la batterie s’est rechargée pendant la nuit, afin de se rendre au travail. Un trajet entre Ragueneau et Forestville, que la jeune médecin effectue beau temps mauvais temps au volant de son véhicule électrique (VÉ) acheté en août 2018. Sans bruit ni émissions de gaz à effet de serre (GES), elle parcourt ainsi quelque 120 kilomètres par jour et, pour cette mère de famille, c’est « tout un charme ».

Conduire sa Bolt est pour elle une expérience « à la fois technique et dynamique » et, surtout, bénéfique pour le climat. « J’aime l’idée de rouler en émettant zéro GES. On habite dans une région où on fait beaucoup de kilométrage, donc je sens que je pose un geste concret tous les jours en la prenant. » Son portefeuille s’en porte mieux aussi. Elle économise environ 60 $ par semaine qu’elle peut mettre ailleurs que dans son réservoir à essence.

Parmi les Nord-Côtiers, Stéphanie Thibault n’est pas une extra-terrestre, même si les propriétaires de VÉ y sont encore peu nombreux. On en compterait 223, selon les derniers chiffres de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ). Avec un ratio d’environ 24 véhicules électriques pour 10 000 habitants, la Côte-Nord se classe ainsi au 15e rang des 17 régions du Québec. À titre de comparaison, dans Lanaudière, où les VÉ ont la plus grande part de marché, on en dénombre 107 pour 10 000 habitants.

Survolter le déplacement électrique

Afin de remédier au problème des distances à parcourir, Tourisme Côte-Nord s’est associé l’an dernier à Hydro-Québec pour installer des bornes de recharge le long de la route 138 entre Tadoussac et Kegaska. « Notre objectif est que les gens n’aient pas plus de 75 km à parcourir entre deux bornes. Et on veut que le réseau électrique soit solide pour qu’ils puissent faire leurs déplacements en toute quiétude », indique le directeur adjoint de Tourisme Côte-Nord, Paul Lavoie. La première phase du projet, conclue cet été, a permis l’installation de 17 bornes de recharge, rapides ou lentes.

De Tadoussac à Kegaska, 25 bornes de recharge jalonnent la 138.

Jimmy Godbout a acheté son VÉ au printemps 2019, « par conscience environnementale ». © Charles-Olivier Caron

Ces nouvelles bornes, destinées aux touristes, sont aussi utiles pour les gens du coin comme Jimmy Godbout. Propriétaire de Groupe CJIM inc., située à Baie-Comeau, il donne des ateliers de formation en mécanique industrielle un peu partout sur la Côte-Nord et, parfois, à l’extérieur de la région. Le véhicule principal de sa société, une Hyundai Kona, est 100 % électrique. « On part avec le matériel nécessaire à nos formations, qui entre bien souvent dans une valise, alors on utilise presque exclusivement la voiture électrique lorsqu’on va chez les clients », explique-t-il.

Où se brancher sur la Côte-Nord?

Une question de prévoyance

Bien que l’objectif des 75 km entre deux bornes ne pourra être respecté dans certains secteurs, concède Tourisme Côte-Nord, ce n’est pas nécessairement un problème pour Jimmy Godbout. Il affirme n’avoir jamais manqué de courant, ni même avoir eu peur d’en manquer. « L’important, c’est de s’assurer d’avoir une autonomie suffisante pour se rendre d’une borne à l’autre, confie l’entrepreneur. C’est un changement de pensée, mais ça revient au même que d’avoir assez de “gaz” dans sa voiture pour se rendre à la prochaine station-service. »

Postes de secours pour les habitués de la 138, certaines des nouvelles bornes installées ces derniers mois sont situées en zone semi-rurale. La petite famille de Stéphanie Thibault ne manque donc jamais de courant en rase campagne, mais parfois de table à langer, de toilettes ouvertes 24 h ou de restaurant pour patienter pendant la recharge. 

voiture électrique sur la Côte Nord
Stéphanie Thibault, entourée de son conjoint François Rousseau et de leurs enfants, Isaac et Auguste. (Photo courtoisie Stéphanie Thibault - © Hélène Côté)

« J’assume mes choix de conduire sans émettre de GES. Malgré ces petits problèmes, on le fait et on s’adapte en changeant nos façons de faire », signale la jeune femme qui a fait sienne la règle d’or des conducteurs de VÉ : « Ne pas oublier de brancher sa voiture le soir! Peu importe, où je vais, je vais essayer de la brancher. Il ne faut juste pas attendre d’être à zéro avant de se recharger. »

Retombées positives

  • Baisse de la pollution
  • Bien dans sa communauté
  • Plus dans ses poches
Voir toutes les retombées positives de l'action climatique
La Côte-Nord s’électrise 3min.