développement durable mots de l'urgence climatique
array(29) { ["ID"]=> int(48850) ["post_author"]=> string(2) "92" ["post_date"]=> string(19) "2022-05-13 07:00:46" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2022-05-13 11:00:46" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(0) "" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(48) "developpement-durable-lexique-urgence-climatique" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-05-12 17:12:11" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-05-12 21:12:11" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(56) "https://unpointcinq.ca/?post_type=blog-post&p=48850" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(9) "blog-post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["displayCategories"]=> bool(true) ["displayAuthor"]=> bool(false) ["displayAuthorBottom"]=> bool(true) ["header"]=> string(4) "blog" ["page_banner_options"]=> array(1) { [0]=> string(0) "" } }
© Marie Leviel
Created with Lunacy 3 min

Développement durable

13 mai 2022 - Des Universitaires, Regroupement de chercheuses et chercheurs universitaires du Québec

Développement durable

La notion de développement durable est apparue en 1987 dans le rapport Brundtland, commandé par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement des Nations Unies. Ce rapport a servi de base au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, où le concept a été consacré. Le principal objectif de ce sommet était d’établir un nouveau plan d’action international en matière d’environnement et de développement.

La définition du développement durable la plus largement utilisée à l’échelle mondiale est celle qu’en donnait le rapport Brundtland, soit « un mode de développement qui répond aux besoins des générations présentes, sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Le concept est souvent représenté par trois cercles concentriques qui permettent de penser simultanément l’environnement, le progrès social et le développement économique.

Développement durable définition

À l’échelle internationale, le développement durable s’est institutionnalisé lors de trois Sommets de la Terre ponctués par trois accords internationaux, non contraignants, adoptés par plus de 150 États (Rio en 1992, Johannesburg en 2002 et Rio+20 en 2012). Ce processus a culminé en 2015 par l’adoption des Objectifs du développement durable.

Depuis 1987, la notion de développement durable s’est progressivement popularisée et, aujourd’hui, elle est couramment utilisée dans les discours écologistes, politiques et même industriels. En matière de gouvernance environnementale, la notion est aussi devenue une norme qui devait résoudre les problèmes environnementaux et, ainsi, mener à terme à un changement social.

Or, de nombreux chercheurs affirment que, malgré sa popularité, le développement durable n’a jamais véritablement réussi à prendre son essor et à modifier fondamentalement le comportement des acteurs politiques, privés et associatifs ou des citoyens. La meilleure preuve en est la perpétuation de la détérioration environnementale dans toutes ses dimensions.

Trop ambigu pour provoquer le changement

Tout en étant largement accepté, ce concept est aussi amplement décrié pour son ambiguïté et suscite des controverses quant à sa véritable utilité. Alors qu’il fait dire aux écologistes que les modes de consommation actuels sont excessifs ou déficients, les économistes se concentrent plutôt sur la capacité de l’économie à maintenir le niveau de vie des sociétés modernes.

Ce qui, en 1987, semblait rompre radicalement avec le statu quo de la croissance industrielle s’est avéré être une forme adoucie de l’économie néoclassique issue du modèle de développement occidental, fondé sur la croissance du produit intérieur brut (PIB).

Depuis 2015, le développement durable a perdu du terrain dans le discours politique, notamment parce qu’il n’est pas arrivé à incarner le changement.Josée Provençal, docteure en science politique

L’idée de la croissance économique est si fortement ancrée dans l’identité des sociétés industrialisées que le simple fait de la critiquer relève pour certains de l’hérésie, même si des voix alternatives se font entendre, comme le montre le concept politique de la décroissance. Néanmoins, le déploiement du développement durable ne semble pas suffisamment radical pour défier le statu quo de la croissance. Selon Gilbert Rist, professeur à l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève : « L’interprétation dominante […] voit dans le “développement durable” une invitation à faire durer le “développement” c’est-à-dire la croissance. »

Depuis 2015, le développement durable a perdu du terrain dans le discours politique, notamment parce qu’il n’est pas arrivé à incarner le changement. Il a été supplanté par d’autres concepts, tels la « croissance verte », la « transition » et tout récemment le « new deal » vert, des discours qui, sans compromettre le modèle de développement économique, laissent présager une transformation. En somme, la force du concept de développement durable, soit sa capacité à s’adapter aux sphères économique, sociale et environnementale, est aussi sa plus grande faiblesse : tout en étant largement diffusé et institutionnalisé, il s’avère ambigu et n’est demeuré qu’à l’étape du discours, car il se révèle difficile à opérationnaliser.

 

Josée Provençal, docteure en science politique (Université d’Ottawa), est membre de l’Observatoire de la post-croissance et de la décroissance, du groupe de recherche indépendant sur la décroissance Polémos et membre du regroupement Des Universitaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram. Abonnez-vous à notre infolettre