gazon pelouse trèfles
array(26) { ["ID"]=> int(29012) ["post_author"]=> string(2) "24" ["post_date"]=> string(19) "2020-05-27 06:38:05" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2020-05-27 10:38:05" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(45) "Trois trucs pour une pelouse écoresponsable" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(34) "trois-trucs-pelouse-ecoresponsable" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-05-26 17:58:45" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-05-26 21:58:45" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=29012" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
© Groupe Richer
Created with Lunacy 1 min

Trois trucs pour une pelouse écoresponsable

27 mai 2020 - Simon Diotte, Coureur des bois dans l'âme

Marie-Claude Darveau, agronome et directrice agricole chez Groupe Richer, qui produit depuis des décennies du gazon en plaque (ce qu’on appelle communément de la tourbe), nous donne ses conseils pour une pelouse plus écologique.

1- Renoncer à l’uniformité

Une pelouse uniforme, ça fait tellement 20e siècle! « En intégrant diverses espèces à votre pâturin du Kentucky (qui compose la pelouse traditionnelle par excellence), comme des fétuques fines, du microtrèfle ou d’autres graminées et fleurs sauvages, vous renforcez la résilience de votre surface gazonnée à la sécheresse, aux infestations d’insectes et aux maladies », dit-elle. Ce couvre-sol abritera aussi une biodiversité plus riche.

2- Recycler l’herbe sur place

Les rognures issues de la tonte de gazon sont un excellent fertilisant naturel qui diminue les besoins en engrais. De plus, les retailles de coupe sont constituées à 85 % d’eau. En les laissant sur place, vous arrosez en même temps votre gazon. Ce n’est pas pour rien que de plus en plus de municipalités encouragent l’herbicyclage, procédé qui consiste à laisser le gazon sur place pour en faire un engrais naturel, en interdisant de jeter les rognures à la poubelle ou dans le bac brun.

3- Privilégier le gazon long

Pour avoir une belle pelouse, vous devez idéalement maintenir votre gazon à une hauteur minimale de 8 cm (3 po). Plus court, le gazon sèche trop vite et laisse le champ libre aux mauvaises herbes. Plus le gazon est long, plus il s’enracine profondément, et plus il capte du carbone tout en favorisant la diversité de la microfaune qu’il abrite. 

 

Bye-bye tondeuse!

Saviez-vous que les pelouses, en plus de favoriser la biodiversité, nous aident à combattre les îlots de chaleur? Mais ça, c’est à condition de « slacker » sur la tondeuse! Une tondeuse à essence populaire qu’on fait fonctionner pendant une heure génère autant de pollution qu’un trajet Montréal-Tadoussac (un peu moins de 500 km) en Toyota Camry.

Pour en savoir davantage, lisez l’article Bye-bye tondeuse!