BIXI_MTL 375
array(26) { ["ID"]=> int(10272) ["post_author"]=> string(1) "6" ["post_date"]=> string(19) "2018-04-10 15:25:01" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-04-10 19:25:01" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(37) "BIXI : 2018 sur les chapeaux de roues" ["post_excerpt"]=> string(244) "Alors que BIXI entame tout juste sa dixième année d'existence, le service de vélopartage est désormais un incontournable de la mobilité durable à Montréal. Dix ans au compteur et des milliers de tonnes de gaz à effet de serre évités. " ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(30) "bixi-10-ans-rouler-sur-les-ges" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-02-03 21:05:59" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-02-04 02:05:59" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=10272" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
Created with Lunacy 2 min

BIXI : 2018 sur les chapeaux de roues

10 avril 2018 - Angelica Alberti Dufort, Geek de jazz et d'environnement

Alors que BIXI entame tout juste sa dixième année d’existence, le service de vélopartage est désormais un incontournable de la mobilité durable à Montréal. Dix ans au compteur et des milliers de tonnes de gaz à effet de serre évités.

Pour le service de vélopartage BIXI, l’année 2017 a commencé avec un flot de reproches, mais s’est terminée avec un flot de déplacements record. Des chiffres qui témoignent de l’attachement des Montréalais pour «LEUR» vélo et permettent à l’organisation d’aborder ce 10e millésime avec un mélange d’optimisme et de fierté.

Il y a un an, l’Institut économique de Montréal déclarait dans un rapport que BIXI avait coûté 60 millions de dollars aux contribuables en 10 ans d’existence. On reprochait au système de vélopartage de représenter une dépense pour les contribuables. Mais si 60 M$ en 10 ans paraissent énormes, ce sont des miettes par rapport aux 43 milliards $ que coûte annuellement le transport automobile aux Québécois. Selon une étude menée par Trajectoire Québec, «peu importe que vous soyez piéton, cycliste ou automobiliste, chaque famille de quatre personnes au Québec assume 6 900 $ par année en dépenses publiques pour le transport automobile dans la province», une facture qui tend à augmenter.

D’autre part, une augmentation marquée de 700 000 passages, par rapport à l’année 2016, montre que BIXI est un important joueur de la mobilité durable à Montréal, de la même manière que l’est la Société de transport de Montréal (STM).

La Ville de Montréal s’est fixé l’objectif de réduire d’ici 2020 ses émissions de gaz à effet de serre de 30 % par rapport aux niveaux enregistrés en 1990. Pour ça, il lui faudra soustraire près de 4 millions de tonnes de CO2 par rapport aux 14 millions émises en 2009.

Selon la Ville de Montréal, « [l]e message est clair : ce n’est qu’en modifiant de façon draconienne nos habitudes de vie et en posant des gestes déterminants que nous pourrons y arriver ». Et BIXI fait assurément partie de la solution.

Selon le dernier bilan disponible, chaque déplacement parcouru en BIXI a une longueur moyenne de 3 km. Les 4,8 millions de déplacements qui ont fait briller la 9e année des vélos en libre-service montréalais correspondraient donc à 14,4 millions de kilomètres. Une telle distance parcourue en voiture n’émettrait pas moins de 3024 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions générées par 960 voitures qui rouleraient pendant une année complète.

Les aiguillons du succès

 

 

Malgré les coûts qui pèsent sur la Ville de Montréal, l’organisme à but non lucratif qui a pris les reines de BIXI en 2014 n’a pas baissé les bras depuis son arrivée. « On a mis en place des projets qui ont fait rayonner BIXI et qui ont donné envie aux touristes et autres Québécois de l’essayer », affirme Bérengère Thériault, porte-parole de l’organisme BIXI.

 

Le paiement unique avec la carte Opus, l’introduction de l’aller simple ainsi que les vélos personnalisés qui ont été utilisés trois fois plus que les autres en sont des exemples.

 

Ces initiatives ont stimulé les achats court terme pour des gens qui n’avaient pas nécessairement de vélo auparavant. « L’an passé, 70 % des déplacements BIXI correspondaient à des allées et venues pour le travail. Cette année, il y a une hausse des déplacements durant le weekend », se réjouit Mme Thériault.

 

Il y a également les dimanches BIXI gratuits offerts par Manuvie, « un programme dont on est très fiers », souligne la porte-parole, puisque 28 % des gens qui ont profité de cette promotion ont ensuite acheté des cartes de transport.

BIXI_Mur ville_Caroline Huard_Loounie
© Caroline Huard / Loounie

BIcyclette-taXI

Bien que ces résultats soient très encourageants, les citoyens de Montréal n’en ont pas fini de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Une analyse réalisée par la Chaire de recherche Mobilité de l’École polytechnique de Montréal estime que 22 % des déplacements normalement réalisés en véhicules motorisés à Montréal pourraient être destinés au vélo.

Pas étonnant lorsqu’on apprend qu’un travailleur sur trois, à Montréal, habite à moins de cinq kilomètres de son lieu de travail, selon le dernier rapport sur l’état du vélo de Vélo Québec; ce qui correspond à un déplacement d’environ 25 minutes à vélo.

Aussi facile et moins cher qu’un taxi, BIXI a les atouts pour gagner le cœur d’une partie de cette population : aucun entretien, moins de risque de vol et bien connecté aux autres transports en commun. La force du vélopartage réside en son caractère simple et flexible, les gens n’étant pas nécessairement prêts à troquer le métro pour se déplacer uniquement à vélo.

  • En 2017, BIXI a ajouté à son parc 1000 vélos, 80 stations et 2214 points d’ancrage.
  • Pour la nouvelle saison 2018, la direction de BIXI MONTRÉAL évaluera au cours des prochains mois la possibilité d’implanter des vélos électriques. L’organisation mettra aussi en service un nouveau système de redistribution de vélos écologique, rapide et efficace appelé «BIXI-Remorque». Deux tricycles-remorques seront utilisés afin de déplacer les vélos de façon optimale sur les artères difficiles à parcourir en camion BIXI.
BIXI_velos en ligne
© BIXI-Montréal