crises du logement, logement, crise climatique, urgence climatique, action climatique, urbanisme, aménagement du territoire, élections municipales, municipalités,
array(29) { ["ID"]=> int(43672) ["post_author"]=> string(2) "61" ["post_date"]=> string(19) "2021-11-15 06:00:38" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-11-15 11:00:38" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(0) "" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(52) "crises-du-logement-et-climatique-sont-indissociables" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-11-12 18:42:35" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-11-12 23:42:35" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(56) "https://unpointcinq.ca/?post_type=blog-post&p=43672" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(9) "blog-post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["displayCategories"]=> bool(true) ["displayAuthor"]=> bool(false) ["displayAuthorBottom"]=> bool(true) ["header"]=> string(4) "blog" ["page_banner_options"]=> array(1) { [0]=> string(0) "" } }
©Trzmiel/shutterstock
Created with Lunacy 3 min

Mot compte double, geste compte triple

15 novembre 2021 - Olivier Roy-Baillargeon, Consultant en aménagement du territoire et mobilité durable

Valérie, Bruno, Stéphane, Catherine, France, Évelyne,

Je me permets de vous écrire, vous qui présidez désormais aux destinées de Montréal, Québec, Laval, Longueuil, Gatineau et Sherbrooke – et je vous appelle par votre prénom parce qu’on a sensiblement le même âge, et que c’est la marque de commerce de notre génération de bousculer les codes établis, n’est-ce pas?

Je vous interpelle dès votre élection à la mairie, car je veux maximiser mes chances d’inscrire un enjeu de plus en plus pressant au cœur de votre mandat : l’accès à un logement abordable et durable, construit dans un milieu de vie bien desservi en transport collectif et en commerces de proximité, et selon de hauts standards de qualité environnementale.

En 1988, mes parents ont payé 83 000 $ pour leur bungalow dans Limoilou. En dollars de 2021, ça signifie 165 190 $. Aujourd’hui, les maisons dans leur quartier se vendent 375 000 $.

Sans surprise, la proportion de ménages qui peut se permettre une telle dépense fond comme la calotte polaire, et la majeure partie de la population s’installe toujours plus loin des quartiers centraux, là où le coût de l’immobilier est (encore) en phase avec les revenus.

Cet étalement urbain, dopé par la flambée des valeurs immobilières, s’accélère sans cesse dans toutes les régions métropolitaines au Canada. Entre 2011 et 2016, la population a augmenté au moins trois fois plus fortement que la moyenne nationale dans 31 municipalités, dont 13 au Québec : 8 dans la troisième couronne de Montréal, et 5 dans celle de Québec.

Résultat : si notre génération a grandi dans des quartiers comme Villeray, Limoilou, Laflèche ou Wrightville, celle qui étudie au cégep ou à l’université va devoir fonder sa famille dans un lotissement en cul-de-sac de Saint-Colomban, Carignan, Shannon ou Boischatel.

Les crises climatique et du logement sont indissociables, et l’action publique pour les résoudre doit se déployer simultanément sur les fronts local et national.
Olivier Roy-Baillargeon

Votre programme politique reconnaît heureusement que cette fuite en avant est délétère pour les milieux naturels et les terres agricoles. Vous savez aussi qu’elle aggrave la dépendance à l’automobile, qu’elle alourdit le bilan carbone de la collectivité et qu’elle plombe les finances publiques. J’insiste pour vous rappeler qu’elle appauvrit aussi les ménages, en les forçant à s’endetter pour posséder plusieurs véhicules plutôt que d’investir dans leur propriété.

Pour croître et prospérer, vos villes devront accueillir des milliers de ménages et d’emplois. Dès lors, vous devrez faire front commun avec Québec et Ottawa pour financer massivement la construction de bâtiments durables et la rénovation écologique dans vos quartiers centraux.

Votre génération est mieux placée que quiconque pour le savoir : les crises climatique et du logement sont indissociables, et l’action publique pour les résoudre doit se déployer simultanément sur les fronts local et national. L’heure est venue de nous doter d’une Stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagement des territoires forte qui rééquilibre l’offre et la demande de logement.

La population vient de vous confier un mandat clair pour intervenir avec volontarisme et ambition en ce sens. Immédiatement. Aux grands maux les grands remèdes.

Ce n’est pas dans les COP que se prendront les décisions les plus cruciales et les plus déterminantes pour nos milieux et nos modes de vie. C’est dans vos conseils municipaux.

Je compte sur vous pour assurer que le Québec aille au-delà des mots et pose des gestes forts. Les gestes qui comptent.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram. Abonnez-vous à notre infolettre