De coureur automobile à apôtre du vélo

Amateur de « vroumvroum », John Husk a connu son épiphanie en 2006 lorsqu’il a vu le documentaire d’Al Gore sur les changements climatiques. Depuis, ce conseiller municipal mène le combat à Drummondville pour améliorer le bilan carbone de la municipalité.

Vivre ici / 20 avril 2018

Entre l’âge de 16 et 25 ans, John Husk changeait d’auto tous les six mois. Sa vie tournait autour des voitures modifiées. Tout son réseau d’amis aussi. « C’était mon mode de vie. Je faisais même de la course automobile sur circuit fermé », raconte ce Drummondvillois aujourd’hui âgé de 36 ans. Cette passion le mène tout naturellement à étudier en mécanique automobile, puis à travailler dans le domaine.

Mais deux événements chambouleront complètement son existence en 2006 : la naissance de sa fille, Emily, et le visionnement du documentaire Une vérité qui dérange, de l’ex-vice-président américain Al Gore. « Il s’est produit un déclic dans ma tête. Je me suis dit : je dois faire quelque chose pour l’avenir de la planète », raconte-t-il, assis devant un café dans le centre-ville de Drummondville.

Depuis son premier mandat entamé en 2009, le conseiller municipal John Husk met de l’avant une multitude d’initiatives dans le but de verdir Drummondville, comme le prolongement du réseau cyclable, la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) au sein de l’appareil municipal et un plan de concertation pour la dépollution de la rivière Saint-Germain, qui traverse la ville.

Penser global, agir local

La transformation de l’homme est totale. Il vend une des deux voitures de la famille, commence à se déplacer à vélo et à pied, abandonne la mécanique automobile, qui ne correspond plus à ses valeurs, et effectue une réorientation professionnelle complète en se lançant en politique municipale en 2009. Sa nouvelle devise : penser global, agir local. « Par chance, à Drummondville, il n’y a pas de partis municipaux. L’engagement politique est donc moins partisan et plus accessible », raconte le trentenaire.

 

Avec les 25 signatures requises en poche et armé de ses convictions écologiques, John Husk, un parfait inconnu sur les rives de la rivière Saint-François, commence à faire du porte-à-porte. Ce jeunot (28 ans à l’époque) affronte trois autres candidats qui promeuvent des idées plus traditionnelles, comme la sempiternelle saine gestion des fonds publics. « J’étais vraiment le seul à prôner le transport actif, par exemple », dit-il.

 

Son message passe la rampe. Il remporte ses élections haut la main en 2009 et devient le plus jeune élu à l’Hôtel de Ville. Surnommé le « conseiller écolo », il sera réélu avec plus de 79 % des voix en 2013 et réélu par acclamation en 2017. Preuve que l’environnement, ça peut être aussi rentable politiquement!

John Husk Drummondville_Velo_Twitter JH
Jadis passionné de course automobile, John Husk se déplace aujourd'hui à pied ou à vélo. (© Twitter @husk_john)

Depuis, il fait son petit bonhomme de chemin afin de changer, peu à peu, les façons de faire dans cette municipalité de 77 000 habitants. L’une de ses premières actions a été d’introduire, dans le Centre-du-Québec, la journée «En ville sans ma voiture». Malgré un succès mitigé, il ne baisse pas les bras.

Les actions individuelles ont leurs limites face aux enjeux des changements climatiques. Il faut des plans plus vastes pour changer les choses.
John Husk, conseiller municipal à Drummondville

Des solutions pour verdir sa ville, John Husk en a des tonnes : ajout de pistes cyclables, collecte des matières résiduelles dans les entreprises, projet-pilote en vue d’inclure les institutions, commerces et industries dans la collecte des matières organiques, concertation afin de dépolluer la rivière Saint-Germain, installation de barres latérales de protection pour les cyclistes sur les camions de la Ville, alouette!

Unis dans l’action

Pour concrétiser ses idées, John Husk ne travaille pas seul, mais avec un conseil de ville généralement très ouvert à ses initiatives, surtout depuis l’élection du maire Alexandre Cusson en 2013. « Lui aussi fait ses déplacements professionnels majoritairement à pied », affirme-t-il. Avec son vélo, la mairesse de Montréal Valérie Plante n’est donc pas si pionnière que ça!

John Husk Drummondville_Portrait politique_Ville de Drummondville
John Husk a choisi de s'investir politiquement pour changer les choses à Drummondville. (© Ville de Drummondville)

 

Puisqu’il croit que la municipalité doit donner l’exemple, John Husk œuvre maintenant pour la mise en place d’un plan de réduction des GES au sein de l’administration municipale et préside un comité de travail qui doit élaborer un plan de mobilité durable, qui sera dévoilé au courant de 2019.

 

Et ce n’est pas tout. « Nous travaillons actuellement à la mise sur pied d’une stratégie d’adaptation aux changements climatiques. Certaines mesures ponctuelles ont déjà été adoptées en ce sens, comme l’interdiction de connecter les gouttières des maisons directement sur le réseau des égouts pluviaux, une pratique courante ici, afin de diminuer les risques de refoulement d’égout. Fallait agir, car les épisodes de pluies intenses se multiplient en raison du bouleversement du climat », dit l’élu, dont l’ancêtre britannique était l’un des premiers à coloniser la ville, il y a deux siècles.

 

John Husk croit fermement qu’il ne faut pas avoir peur de bousculer les gens. « Les changements ne se font jamais sans heurt. Par exemple, il y avait une forte opposition à l’ajout d’une bande cyclable sur le boulevard Jean-De Brébeuf, une artère importante de la ville, qui allait connecter des pistes déjà existantes. Les résidents ne voulaient pas perdre des espaces de stationnement sur rue. On est quand même allés de l’avant, même si ça grognait fort », raconte ce membre fondateur de Piétons Québec, une organisation se portant à la défense de la culture piétonne.

Pour lui, l’arène municipale, c’est le terrain où se produisent les vrais changements. « Le gouvernement du Québec peut bien annoncer une nouvelle politique d’enfouissement, ce sont les villes qui devront la mettre en application », conclut le responsable de l’environnement au conseil municipal de Drummondville.

Al Gore serait assurément fier de lui!

De coureur automobile à apôtre du vélo 3min.