En silence à 100 km/h sur la neige

Une motoneige silencieuse, sans odeur de gaz et sans GES, ça vous surprend? Suivant les traces de Joseph-Armand Bombardier, l’entreprise québécoise Taiga Motors vient de dévoiler la première motoneige électrique à percer sur le marché.

Techno Wow / 03 avril 2018
Moins de GES !

Bien que le célèbre entrepreneur québécois Bombardier ait révolutionné le transport hivernal dans les années 1930, son invention a beaucoup évolué depuis. Mais à part quelques prototypes lancés par des universités, aucune motoneige électrique n’avait encore été développée par les géants de l’industrie. Une occasion en or qu’ont saisie Gabriel Bernatchez, Samuel Bruneau et Paul Achard, trois diplômés en génie de l’Université McGill âgés de 26 ans.

Les composantes des véhicules électriques sur le marché, trop lourdes pour flotter sur la neige, expliquent cette « absence » de volts dans le domaine jusqu’ici, soutient Samuel Bruneau, cofondateur et PDG de Taiga Motors. « La seule façon de développer une motoneige performante était de développer toutes les composantes de A à Z », explique-t-il.

C’est le défi qu’a relevé Taiga Motors dans un laps de temps impressionnant. « Nous avons développé notre propre suspension, le bloc de batterie, le châssis et l’électronique pour réduire le poids de la motoneige à 500 livres », ajoute Samuel Bruneau. Rappelons que ce poids équivaut à celui d’une motoneige standard.

L’objectif : créer une motoneige moins polluante. « Avec les changements climatiques, nos hivers disparaissent graduellement », fait remarquer l’entrepreneur qui souhaite poser un geste concret pour limiter les impacts sur le climat.

 

En 2015 le Québec comptait 181 210 motoneiges enregistrées. L’ensemble des véhicules de sa catégorie (hors route) ont émis, la même année, 9,4 Mégatonnes de CO2 éq.

Sources : Banque de données des statistiques officielles sur le Québec et Ressources naturelles Canada

100 km/h en 3 secondes

À première vue, la motoneige TS2 de Taiga Motors est plutôt similaire aux autres modèles sur le marché. Mais c’est lors du démarrage que la différence peut être observée, car le modèle TS2 est beaucoup plus silencieux qu’un modèle standard (62 dB comparativement à 96 dB), et ce, même si ses performances d’accélérations sont semblables à celles des motoneiges les plus performantes.

« Les 120 chevaux développés par le moteur sont transférés directement à la chenille, car nous n’avons pas besoin de transmission, ce qui nous permet d’atteindre 100 km/h en 3 secondes, affirme sans détour Samuel Bruneau. Et sans transmission, il n’est pas nécessaire de faire de changement d’huile, ce qui réduit la maintenance à presque zéro. »

Motoneige electrique_TS2 petit tableau_Taiga Motors
La motoneige TS2 de Taiga Motors (© Taiga Motors)
Motoneige electrique_TS2 petite_Taiga Motors
© Taiga Motors

Le hic pour plusieurs amateurs reste l’autonomie de 100 km de la batterie. Si les adeptes de longues randonnées n’y trouvent pas leur compte, il n’en demeure pas moins que plus de 50 % de la clientèle utilise les motoneiges pour des randonnées de moins de 100 km, confirme l’étude de marché réalisée par Taiga Motors.

L’entreprise s’est aussi assurée que ses batteries résistent au froid québécois. « À -30 °C, notre batterie est efficace à 95 % », assure Samuel Bruneau, qui croit que la technologie des batteries continuera de s’améliorer au cours des prochaines années. Déjà, un chargeur rapide permet de charger 80 % de la batterie en seulement 20 minutes.

Tradition et technologie

Le moteur beaucoup plus silencieux de la motoneige et l’absence d’odeurs de gaz devraient permettre de séduire de nouveaux clients, estime le chef d’entreprise. Plusieurs stations de ski et des centres de villégiature ont d’ailleurs déjà démontré un grand intérêt pour le produit, car le bruit et l’odeur de gaz des motoneiges traditionnelles incommodent leur clientèle.

« La motoneige électrique permettra d’augmenter l’accès aux grands espaces », ajoute Samuel Bruneau, qui croit aussi que l’arrivée d’une nouvelle technologie pourrait séduire de nouveaux utilisateurs. En lançant une première motoneige électrique sur le marché, les trois diplômés de McGill sont conscients de suivre les traces de l’inventeur de la motoneige moderne, le Québécois Joseph-Armand Bombardier. « On est contents de continuer cette tradition d’innovation québécoise », avoue Samuel Bruneau.

Depuis 2015, plusieurs millions de dollars ont été investis dans l’entreprise qui emploie présentement 14 personnes dans ses locaux de Montréal. Toutes les pièces conçues par Taiga Motors ont été pensées pour être produites à haut volume, dans le but de générer des marges de profits de plus en plus intéressantes au cours des prochaines années. D’ici 2020, l’entreprise compte produire plus de 5 000 unités à un coût avoisinant les 15 000 $. Les premiers modèles seront livrés à l’hiver 2018-2019.

D’ici là, l’entreprise montréalaise compte sur la technologie pour améliorer sans cesse son produit. D’emblée, la motoneige est munie d’un GPS, d’une connexion WiFi, d’un Bluetooth ainsi que d’un panneau de configuration disponible sur les appareils mobiles. « Les utilisateurs pourront limiter la vitesse et accéder à toutes leurs données, remarque l’entrepreneur. De plus, notre logiciel sera mis à jour automatiquement, ce qui améliorera continuellement notre produit. »

Pour en savoir plus

L’entreprise Taiga Motors

Consultez une vidéo produite par Electrek, un magazine en ligne spécialisé dans les véhicules électriques.

En silence à 100 km/h sur la neige 3min.