array(26) { ["ID"]=> int(5739) ["post_author"]=> string(1) "9" ["post_date"]=> string(19) "2017-08-16 00:00:00" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2017-08-16 04:00:00" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(37) "Tassés comme des sardines et heureux" ["post_excerpt"]=> string(274) "On a beau parfois détester ses voisins, la proximité, question empreinte carbone, ça paye. Des étudiants des Universités McGill et Concordia construisent la maison du futur à Notre-Dame-de-Grâce avant de la démonter, l’emballer et l’expédier à Dezhou en Chine." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(36) "tasses-comme-des-sardines-et-heureux" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-02-03 21:42:52" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-02-04 02:42:52" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(75) "https://unpointcinq.ca/non-classifiee/tasses-comme-des-sardines-et-heureux/" ["menu_order"]=> int(74) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
Crédit : TeamMTL
Created with Lunacy 3 min

Tassés comme des sardines et heureux

16 août 2017 - Alexis Riopel, Adorateur des montagnes

On a beau parfois détester ses voisins, la proximité, question empreinte carbone, ça paye. Des étudiants des Universités McGill et Concordia construisent la maison du futur à Notre-Dame-de-Grâce avant de la démonter, l’emballer et l’expédier à Dezhou en Chine.

Le casque sur la tête, la formation de la CSST derrière la cravate et les caps d’acier aux pieds : la quarantaine d’étudiants de TeamMTL ont beau être en terrain inconnu, ils ne se laissent pas impressionner. Philippe Dallemagne, étudiant en génie civil, s’affaire à attacher au crochet d’une grue un morceau du toit. Le « logement à haute performance », qui pousse cet été sur le stationnement du campus Loyola de l’Université Concordia, se mesurera aux meilleurs designs de maisons autonomes en énergie au monde lors du Solar Decathlon China de 2018.

C’est en favorisant un environnement densément peuplé que TeamMTL compte combattre les changements climatiques. La maison est conçue pour être tassée comme une sardine entre ses semblables. Avec ses cinq mètres de large, elle permet une grande densité de population, un objectif clé pour créer un milieu de vie à faible empreinte carbone.

La maison, futuriste mais toute simple, permettra aussi à ses résidents de bien vivre avec une consommation énergétique minime… à un coût abordable. Si tout se passe bien, elle ouvrira au public en septembre, puis sera démontée et expédiée en Chine pour le concours. Les meilleurs concepts présentés au décathlon passeront à l’étape suivante, où ils seront répliqués en grappes pour former de petits quartiers.

2017, l’odyssée de l’espace de vie

Une maison, deux volumes : à l’avant, la maison pourra accueillir une petite famille. Le volume arrière quant à lui permettra d’agrandir la maison, d’héberger un aîné ou de servir de bureau, selon le besoin des résidents. Reliés au rez-de-chaussée, les deux espaces seront séparés à l’étage par une cour intérieure. Inspirée des maisons traditionnelles chinoises Siheyuan, la cour intérieure communiquera avec celles des voisins et créera un espace commun.

Le logement à haute performance de TeamMTL sera complètement autonome en électricité grâce à des panneaux solaires qui coifferont son toit. Il atteindra son objectif « net-zéro » grâce à une diminution de la consommation électrique pouvant aller jusqu’à 80% de la demande actuelle.

Pour y arriver, un système multimédia conseillera les résidents sur les meilleures pratiques d’économie d’énergie à adopter. Le « HAL 9000 » de la maison pourra, par exemple, rougir l’éclairage si la porte du frigo reste ouverte trop longtemps ou lancer un avertissement sonore si une lumière est allumée inutilement.

Et pour maximiser l’efficacité des panneaux solaires, un conduit d’aération les refroidira lors des mois les plus chauds de l’année. L’air chaud servira ensuite à réchauffer l’eau de la résidence.

Les sardines bienheureuses

« Les matériaux que nous utilisons proviennent à 90% du Québec, indique Ben Wareing, un étudiant au doctorat à McGill qui agit comme architecte en chef du projet. C’était un véritable défi de s’approvisionner presque entièrement ici. » En choisissant des matériaux locaux, l’équipe diminue les gaz à effet de serre (GES) émis lors du transport des marchandises.

Mais c’est surtout en offrant un milieu de vie dense que la maison de TeamMTL atténuera les changements climatiques.

Selon un rapport de l’Organisation des Nations unies, les résidents des zones urbaines densément peuplées émettent moins de GES en raison de la proximité des services, de la bonne offre en transports en commun et de la taille réduite des habitations. Les New-Yorkais sont ainsi responsables d’une émission de GES correspondant seulement à 30% de la moyenne nationale des États-Unis. Même chose à Rio de Janeiro, Barcelone ou Toronto.

Les maisons en rangées typiques de Montréal laissent quant à elles beaucoup moins de chaleur s’échapper lors de nos rigoureux hivers. Selon l’Office de l’efficacité énergétique du Québec, les maisons semi-détachées et les appartements consomment seulement la moitié de l’énergie que les maisons unifamiliales utilisent pour se chauffer.

 

TeamMTL wishes you a Happy Construction week ? #weareteammtl #solardecathlon2018

A post shared by TeamMtl (@teammontreal) on

Photos : Alexis Riopel