Cent soixante pieds sous terre 

Marmott Énergies ouvre les entrailles de la Terre dans votre cour – et ne vous facture presque rien. La géothermie à portée de tous.

Économie / 24 août 2017

Sur le chantier, la foreuse pousse un hurlement assourdissant. La machine, un monstre métallique, est manœuvrée avec aisance par Yvan René. Malgré la robustesse de son outil, l’opérateur d’expérience fait de la dentelle. Les travaux permettront aux résidents de la maison de compter sur une énergie propre et à bon prix pour les décennies à venir.

«La géothermie était vendue jusqu’à maintenant comme un système de chauffage pour les riches!

Nathalie Tremblay, présidente et fondatrice Marmott Énergies

Marmott Énergies s’occupe de l’installation, de l’entretien et de la réparation des systèmes géothermiques. Le client n’a ensuite qu’à payer une mensualité pour le service de chauffage et de climatisation. « La géothermie comme un service », résume madame Tremblay.

Dans la plupart des cas, l’installation est entièrement gratuite, notamment dans les demeures chauffées au mazout. Marmott tient absolument à rendre accessible la géothermie à ceux qui n’ont pas les moyens d’en assumer les frais initiaux.

Se chauffer à l'eau de vaisselle 

Selon l’entreprise, passer de « l’huile à chauffage » à la géothermie représente une économie de 15 à 40 % en frais de chauffage par année. Les tarifs sont semblables à ceux du chauffage électrique.

« Ma vision des choses, c’est : penser localement, éviter la combustion et le transport et choisir des équipements au cycle de vie le plus long possible », affirme madame Tremblay, qui est fière de sa « fibre environnementale très aiguisée ».

Marmott Énergies fait appel à des contracteurs, dont Yvan René et son entreprise Geothermix font partie, pour procéder à l’installation des systèmes géothermiques.

Leur foreuse, spécialement adaptée pour la géothermie résidentielle, est beaucoup plus petite que celles utilisées pour les grands bâtiments. Ce qui lui permet de se faufiler sur presque n’importe quel terrain pour mieux « démocratiser la géothermie ».

En parallèle, Marmott Énergies travaille aussi à la conception d’une technologie qui permettrait de récupérer l’énergie des eaux grises avant de les évacuer dans les égouts. La chaleur de l’eau de la douche, de la cuisine et de la lessive serait transmise à la boucle géothermique avant d’être rejetée.

Couper court au mazout

Au Québec, 300 000 maisons sont encore chauffées au mazout. Chacune d’entre elles émet environ six tonnes de CO2 par année, soit le double de ce que dégage une voiture.

Le « mazout léger » est un produit issu du raffinage du pétrole. C’est un carburant dont les caractéristiques ressemblent beaucoup à celles du diésel. Comme tous les produits pétroliers, sa combustion entraîne des émissions de CO2 et contribue à l’effet de serre.

Le chauffage des bâtiments résidentiels est responsable de 5 % des émissions de GES de la province. La provenance de ces émissions se divise à parts grossièrement égales entre le mazout, le gaz naturel et le bois de chauffage.

Implanter la géothermie dans toutes les résidences québécoises chauffées au mazout réduirait les émissions de CO2 de la province de 1,5 million de tonnes.

Sur le chantier de Montréal visité par Unpointcinq, M. René et son employé creusent un forage d’une profondeur de 50 m et d’un diamètre de 5 cm. Une fois le puits excavé, ils y insèrent un tuyau de plastique en « U ». L’ajout d’olivine et de bentonite comble l’espace autour du tuyau et permet un bon contact thermique avec le roc. Ainsi, le liquide qui circule dans la « boucle géothermique » absorbe efficacement la chaleur de la terre en hiver ou sa fraîcheur en été. Une thermopompe géothermique est ensuite installée dans le sous-sol de la maison. C’est cet appareil qui pompe le liquide (de l’eau et de l’éthanol) dans la boucle souterraine. La machine, silencieuse et protégée des intempéries, doit être connectée à un système central de distribution du chauffage et de la climatisation.

Cent soixante pieds sous terre  3min.