solution locale quebec
array(29) { ["ID"]=> int(27944) ["post_author"]=> string(2) "40" ["post_date"]=> string(19) "2020-04-17 06:30:14" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2020-04-17 10:30:14" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(0) "" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(36) "achat-local-covid-19-solution-locale" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-04-16 20:52:42" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-04-17 00:52:42" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(56) "https://unpointcinq.ca/?post_type=blog-post&p=27944" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(9) "blog-post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["displayCategories"]=> bool(true) ["displayAuthor"]=> bool(false) ["displayAuthorBottom"]=> bool(true) ["header"]=> string(4) "blog" ["page_banner_options"]=> array(1) { [0]=> string(0) "" } }

Une solution locale en contexte de distanciation sociale

17 avril 2020 - Geneviève Rajotte Sauriol, Consultante en communication responsable

C’était le lundi 16 mars. Le monde venait de basculer. Mon amie Stéphanie publiait sur Facebook un message indiquant qu’elle souhaitait recenser les commerces qui offraient la livraison ou la collecte sans contact en Mauricie. L’idée était bonne. C’est vrai que nos petites entreprises, durement touchées par la crise, redoublaient déjà de créativité pour continuer à nous approvisionner en toute sécurité. Rapidement, six citoyens de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de l’Estrie, moi y compris, ont offert de lui prêter main-forte.

Nous avons décidé d’appeler notre initiative Solution locale, un nom simple et efficace! Au sein de notre groupe, il y avait Andrée-Ann, graphiste, qui a fait un joli logo. Puis, Jean-Philippe, programmeur Web, s’est dit que ce serait pratique de faire un site internet pour diffuser le répertoire. Deux jours plus tard, solutionlocale.ca était en ligne. De mon côté, en bonne fille de comm, j’ai créé une page Facebook et envoyé un communiqué aux médias locaux.

L'équipe de Solution Locale lors d'une rencontre à distance.

Petite initiative citoyenne deviendra grande

À partir de là, ça a été comme une trainée de poudre. Les demandes d’entrevues, les propositions de partenariat, les offres de bénévolat et les messages d’entreprises nous ont étourdis. Ce qui devait être un petit projet on the side est vite devenu du bénévolat à temps plein. Isadora, dont l’employeur a accepté qu’elle contribue au projet pendant ses heures de travail, a répondu aux partenaires locaux (des organismes des secteurs de l’agroalimentaire et du développement économique, pour la plupart) qui voulaient propulser Solution locale dans leur région. Grâce à eux, le répertoire compte aujourd’hui près de 2500 entreprises partout au Québec, et le site Web a reçu plus de 40 000 visites en un mois.

Stéphanie (une autre), François ainsi que quelques bénévoles se sont joints à nous en cours de route, s’assurant de valider les inscriptions des entreprises (tâche ingrate!). Les critères : être une entreprise locale qui offre des produits ou des services essentiels de manière sécuritaire. Voilà qui est sujet à interprétation, d’où l’importance des modérateurs.

sirop d'erable solution locale
Des produits locaux...
livraison solution locale
... livrés à votre porte!

Agilité citoyenne

Si je vous raconte en détail l’histoire de Solution locale, c’est pour illustrer à quel point la mobilisation citoyenne est un outil spontané et grandiose pour répondre à un besoin en pleine crise. Il aura fallu presque rien : un groupe improbable de citoyens de divers horizons, quelques dizaines de dollars, une ouverture à la collaboration et, surtout, des valeurs communes : la solidarité, l’engagement, la résilience, l’écoresponsabilité et l’envie de servir le bien commun.

Quant aux obstacles, nous les avons surmontés au fur et à mesure qu’ils se présentaient, avec toute l’agilité que nous conféraient notre structure souple et notre bonne volonté.

Made in le village voisin

La pandémie de COVID-19 est un coup dur pour nos commerces de proximité. En milieu rural, le dynamisme même des cœurs villageois est menacé. Heureusement, le confinement nous ramène à l’essentiel : la santé, la nourriture, et l’amour. Nous repensons notre manière de consommer. Jamais on n’avait autant parlé d’achat local.

Si cette crise permet de propulser des plateformes comme Solution locale qui peuvent nous faire connaître un producteur de pommes de terre, une cuisinière de bons petits plats ou une savonnière artisanale près de chez nous, elle aura au moins eu ça de bon. Conserverons-nous le réflexe d’acheter local, et cultiverons-nous le désir de nous entraider et d’être autosuffisants? Ce serait une bonne manière de diminuer nos gaz à effet de serre et de resserrer nos liens face à la crise climatique.

Sur ce, je m’en vais récupérer une poche de 20 kilos de farine sur le perron d’un meunier dans le village voisin. Parce que, comme bien des gens en ce moment, j’ai appris à faire mon pain!