6,5 astuces pour planifier un mariage sobre en GES

Un mariage zéro déchet? « Oui, je le veux! » Bonne nouvelle : ce n’est pas plus long à organiser et ça vous coûtera moins cher. Alors, comment on s’y prend? Certainement pas en faisant la tournée des poubelles en fin de soirée!

Vivre ici / 07 juin 2019

Voici plutôt 6,5 astuces, simples et faciles, pour réduire l’empreinte carbone de votre mariage. Si vous les appliquez toutes, vous éviterez l’émission de plus de deux tonnes de gaz à effet de serre (GES), l’équivalent de votre aller-retour en avion avec chéri(e) pour le voyage de noces!

1. Penser autrement

Première étape : se rappeler que le zéro déchet consiste avant tout à refuser le superflu. La devise : réduire, réutiliser, recycler… et même refuser. Tentez de rester dans la simplicité et posez-vous les questions suivantes : « En ai-je vraiment besoin? »; « Est-ce nécessaire que ce soit neuf? »; « Puis-je l’emprunter ou le louer? »; « Celui de ma grand-mère pourrait-il faire l’affaire? »; « Existe-t-il des options climato-sympathiques? », etc.

2. Organiser la cérémonie près de chez vous

La fameuse étape du choix du lieu de la cérémonie est arrivée. Au bord d’un lac dans les Laurentides, dans un hôtel chic en ville ou sur une plage hawaïenne? Pour vous décider, tenez compte du lieu de résidence de vos invités. Choisissez un endroit facilement accessible pour la majorité des convives… et encouragez-les à commencer le party dans l’auto en covoiturant!

Si 50 invités parcourent 50 km au lieu de 100 pour assister à la cérémonie (à deux par voiture), vous réduisez les émissions de GES d’environ 500 kg d’éq. CO2, ce qui correspond à un aller-retour Montréal-Miami en avion.

3. Choisir des fleurs d’ici 

Roses, hydrangées, lisianthus et lys calla sont parmi les fleurs préférées pour le bouquet de la mariée ou la décoration. Elles ont aussi en commun d’avoir parcouru des milliers de kilomètres en avion, ou en camion réfrigéré, souvent depuis l’Amérique centrale. Au Québec, les deux tiers des fleurs coupées viennent de l’étranger. Optez plutôt pour des fleurs de chez nous, comme les tulipes de l’Île-du-Prince-Édouard ou les renoncules produites au Canada. Bon à savoir : les fermes Origine, à Saint-Joseph-du-Lac, et Floramama, à Frelighsburg, proposent des fleurs locales, de saison et biologiques.

En choisissant des fleurs d’ici, votre bouquet ne prendra pas l’avion avant de faire la noce. Autant de GES en moins. Si les fleurs proviennent de l’Île-du-Prince-Édouard plutôt que de l’Équateur, on évite alors l’émission d’environ 600 kg d’éq. CO2, ce qui correspond à un aller-retour Montréal-La Havane en avion.

4. Emprunter sa robe 

Certaines mariées rêvent de leur robe des années avant que le mariage soit annoncé! Mais ne nous voilons pas la face, elle finira vraisemblablement au placard, sans être reportée plus de 10 minutes. Il est cependant possible de louer une robe le temps du mariage, par exemple chez Oui je le veux ou White Closet, sans faire de concession pour autant. Autre option : acheter une robe neuve faite au Canada à partir de matières recyclées!

Louer une robe évite d’en faire venir une d’Italie, par exemple, ce qui permet d’économiser près d‘une tonne d’éq. CO2. Et on ne parle que du transport, pas de la fabrication!

5. Se marier avec la bague de mémé 

Votre grand-mère a un héritage à transmettre? Saisissez l’occasion! Il vaut toujours mieux remettre une bague au goût du jour plutôt que d’en fabriquer une nouvelle. Vous pouvez aussi fouiner du côté des antiquaires, des encans et des friperies. Si le « vintage » n’est pas trop votre truc, choisissez des alliances fabriquées avec des métaux recyclés par un artisan joaillier local.

On trouve maintenant en boutique des diamants produits en laboratoire. Pourraient-ils être avantageusement substitués aux diamants naturels? Une étude a montré que l’énergie nécessaire pour produire des pierres précieuses varie selon l’emplacement géographique de la mine et le type de procédés de synthèse du diamant. Pour l’instant, il n’y a donc pas de « champion GES » pour votre alliance…

6. Concocter un menu végé

Quoi qu’on en pense, un buffet peut réduire le gaspillage alimentaire puisqu’en théorie, les convives peuvent se servir selon leur appétit. Pour un repas léger en GES, élaborez un menu végétarien ou végétalien et choisissez des produits de saison locaux. Si vous avez des carnivores coriaces à satisfaire, préférez la viande blanche comme la volaille ou le porc.

Les protéines animales pèsent lourd en carbone. Servir un steak de 200 grammes à 50 convives revient à rejeter dans l’atmosphère 95 kg d’éq. CO2. Une étude anglaise a montré qu’on diminue de moitié l’empreinte carbone de son menu en remplaçant la viande par une protéine végétale.

6.5. Votre dose d’inspiration supplémentaire

Malheureusement, le manuel du mariage à faible empreinte carbone n’existe pas encore. Alors, n’hésitez pas à partager vos propres trucs comme ces deux couples qui ont opté pour un mariage zéro déchet!

Sources : calculateur du FAQDD, Agriculture et Agroalimentaire Canada

6,5 astuces pour planifier un mariage sobre en GES 4min.