crédit : Simon Jolicoeur-Côté

2 500 km à la force des muscles

Au lieu de prendre l’avion pour atteindre le Nunavik, Samuel Lalande-Markon traversera cet été le Québec du sud au nord à vélo… et en canot. L’expédition Transtaïga 2018, ou comment illustrer en beauté l’idée du transport actif.

Vivre ici / 22 février 2018
Avec son compagnon David Désilets, Samuel Lalande-Markon pédalera cet été sur l’un des chemins les plus isolés au monde, la route Transtaïga. Un périple d’une cinquantaine de jours qui les conduira à Kuujjuaq, au Nunavik.  

Selon le calculateur de crédits carbone Planetair, un aller-retour Montréal-Kuujjuaq pour deux passagers en avion correspond à 3 144,29 km et émet 987 kg de CO2.

Pour Samuel Lalande-Markon, le vélo est une façon simple et peu coûteuse de vivre une grande aventure. Inspiré par son père qui avait pédalé 115 kilomètres de Montréal jusqu’au chalet familial, dans Lanaudière, le trentenaire a déjà traversé le Canada en vélo de Terre-Neuve à Vancouver, en solitaire.

On recueille les confidences de ce travailleur autonome qui n’a pas peur de la monotonie des épinettes et qui rêve depuis son enfance de se métamorphoser en coureur des bois.

 

Journaliste à la recherche, à la réalisation et au montage : Alexandra Viau
Invité : Samuel Lalande-Markon
Musique : Waltz for Zacaria par Blue Dot Sessions & Alien Language par Simon Mathewson

 

Même pas peur : une nouvelle série balado.

Artiste, camionneur, scientifique, étudiant ou grand-mère, tous et toutes ont des tas d’histoires à nous raconter. Dans la série Même pas peur, on donne la parole à ceux et celles qui ont osé changer pour faire face aux changements climatiques!

Si vous connaissez des gens qui ont fait le grand saut, écrivez-nous à info@unpointcinq.ca.

2 500 km à la force des muscles 10min.