Bécik sans gaz

Valoriser le bois d’ici et utiliser des matériaux québécois pour réduire l’empreinte carbone d’un vélo : telle est l’idée derrière les vélos de route en bois haute performance Picolo, fabriqués par des artisans de Montréal.

Techno Wow / 31 août 2018
Moins de GES !

Un vélo de route en bois? À l’ère des matériaux composites ultraperformants, l’idée paraît folle. Et pourtant! Parlez-en au triathlète Pierre Lavoie, à qui on doit le célèbre événement cycliste qui porte son nom et qui a récemment pédalé 84 km sur un vélo Picolo.

« Sa grande force, c’est le confort : il absorbe toute la vibration de la route », confiait-il en juin en marge d’une étape du Grand défi Pierre Lavoie. Quand on l’essaie, tous nos préjugés tombent. »

C’est Pierre Laplante, un cycliste d’une soixantaine d’années, qui a eu l’idée de fabriquer un vélo en bois performant pour ses besoins personnels. Il y a quelques années, quand il a parlé de son projet aux ébénistes Loïc Dehoux et Nicolas Goupil, ils ont tout de suite décidé de se lancer dans l’aventure. « Le bois est un matériau naturel abondant au Québec qui a les caractéristiques parfaites pour faire un produit solide et durable », explique Loïc Dehoux, associé chez AMIK ébénisterie.

À leur façon, les vélos Picolo participent à la lutte contre les changements climatiques : l’arbre, à l’état naturel, capte le CO2 présent dans l’atmosphère et retient ces gaz une fois transformé.

En outre, les entrepreneurs-ébénistes s’efforcent d’opter pour des matériaux locaux afin de limiter leur empreinte carbone, poursuit Loïc Dehoux. Par exemple, ils ont recours à des produits de finition et à de la colle durable produite au Québec pour assembler les cadres de vélos dans leur atelier de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, à Montréal.

Environ une tonne de CO2 est séquestrée dans une pièce d’un mètre cube de bois – soit la quantité de frêne utilisée pour chaque vélo Picolo. « C’est énorme », souligne le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Le vélo conservera à son tour le carbone capté, ce qui en fait un puissant véhicule… de lutte aux changements climatiques!

Accélérer grâce au frêne

Le cadre du vélo Picolo est fait de frêne blanc, l’essence que les trois partenaires ont choisie à la suite de multiples tests de résistance mécanique. « C’est une essence qui absorbe énormément les vibrations et qui améliore le confort des cyclistes », ajoute Loïc Dehoux. Un atout vu l’état – pour le moins cahoteux – de plusieurs routes du Québec!

Selon lui, les vélos fabriqués en frêne ont même un pouvoir d’absorption des chocs possiblement supérieur à ceux faits en fibre de carbone – reconnus pour le confort et la légèreté –, une hypothèse qu’il s’apprête d’ailleurs à tester en laboratoire. Et comme il est fait d’un bois relativement léger, Picolo pèse à peine plus qu’un vélo haute performance en fibre de carbone (8 kilos contre 6,8 kilos).

Les vélos Piccolo sont faits sur-mesure et à la main.
Le bois est d’abord scellé à l’époxy puis recouvert d’un vernis qui résiste à la pluie et aux UV.

Bref, les entrepreneurs veulent séduire les amateurs de vélo qui veulent se démarquer en misant sur le confort sans compromettre la performance. Et l’esthétique du vélo en bois aide aussi à charmer les nouveaux clients. « Ce n’est pas pour rien que notre slogan est “L’art de faire du vélo”, ajoute Loïc Dehoux en souriant. Quand vous roulez avec un vélo Picolo, tout le monde vous arrête pour en savoir plus sur ce vélo en bois. Il faut avoir le goût de parler, car c’est un modèle qui se démarque. »

Après trois ans de recherche et développement, les vélos-ébénistes souhaitent vendre une trentaine de vélos Picolo, qui se détaillent à 6000 dollars et plus, dans l’année suivant leur commercialisation. Le montant paraît élevé, mais il faut savoir que ce vélo haute performance est garanti à vie. « On ne veut pas revendre un deuxième vélo à un acheteur dans 10 ans. C’est un vélo qu’on achète pour la vie », note Loïc Dehoux, qui aime fabriquer des objets qui durent longtemps. « Pour nous, l’aspect environnemental est très important. On doit faire attention à notre planète et chaque petit geste compte », ajoute-t-il.

On peut essayer un vélo Picolo en en faisant la demande ici.

Pour chaque mille (environ 1,6 km) parcouru, le coût GES d’un vélo ordinaire est de 33 grammes :

  • Infrastructure : 17 grammes de GES
  • Fabrication : 8 grammes de GES
  • Fonctionnement : 7 grammes de GES
  • Entretien : 1 gramme de GES
Bécik sans gaz 3min.