Cyclistes, allez vous faire voir… sans GES

Un phare de vélo sans pile, 100 % recyclable et fabriqué au Québec… par vous-même? C’est l’idée brillante d’un jeune entrepreneur montréalais.

Techno Trucs / 17 juillet 2018

Pourquoi acheter et jeter des phares pour vélos à piles – à forte empreinte carbone – quand on peut pédaler pour s’éclairer et rester visible? Il y a deux ans, c’est l’idée qui a traversé l’esprit d’Alexis Paszkier, un entrepreneur d’origine française installé depuis quatre ans au Québec.

« Ça n’a pas de sens d’utiliser des lumières fonctionnant à piles quand ton vélo génère 200 watts de puissance en roulant, dit-il. C’est possible de récupérer le potentiel énergétique et de capter une partie de l’énergie sans frottement. »

Cet ingénieur de formation et fondateur de Créations AB3D, une entreprise montréalaise spécialisée dans l’impression 3D, a donc mis au point un phare et un feu arrière de bicyclette sans pile qui fonctionne comme une dynamo, mais sans friction. « Les lumières DEL consomment très peu d’énergie et il suffit d’en capter un petit peu pour produire suffisamment de lumière pour être vu », ajoute-t-il. En d’autres mots, en vous éclairant sans émettre de gaz à effet de serre (GES), vous pédalez pour le climat!

Comment ça marche?

Concrètement, un aimant installé sur la roue et relié à une bobine posée sur le cadre du vélo permet de générer l’électricité nécessaire pour alimenter deux lumières à DEL haute performance. « C’est le champ magnétique qui fait le travail », explique Alexis Paszkier. En outre, le boîtier du phare, produit grâce à l’impression 3D, est entièrement recyclable.

Depuis avril, pour faire connaître son produit, l’entrepreneur organise des ateliers au cours desquels les cyclistes peuvent fabriquer leur propre lumière de vélo. « C’est une manière de promouvoir la science et de maîtriser le produit en comprenant vraiment comment ça fonctionne », ajoute Alexis Paszkier, un passionné du vélo ainsi que de la consommation durable et responsable.

Lors des ateliers, l’imprimante 3D de Créations AB3D permet de concevoir le boîtier du phare pendant que les participants confectionnent le système électrique avec les pièces fournies par Alexis Paszkier. Il suffit d’assembler les pièces, d’installer le boîtier sur le vélo et le tour est joué! La preuve avec la vidéo ci-dessous (en anglais seulement)

« Quand tu installes cette lumière, tu n’as plus jamais à te demander si ça fonctionne », dit-il à propos de son phare clignotant qui permet d’être vu en tout temps lorsqu’on circule à vélo.

Malgré les difficultés de la mise en marché – il est difficile de produire un phare à prix suffisamment bas pour qu’il soit commercialement compétitif –, Alexis Paszkier est fier d’avoir trouvé une manière originale de faire découvrir le produit qu’il a inventé. « Je veux proposer des solutions [face aux changements climatiques] et créer des produits qui ne génèrent pas de déchets, dit-il. C’est bien de faire de l’argent, mais il faut que ça respecte mes valeurs. »

L’entrepreneur souhaite poursuivre dans cette voie. « Je veux continuer à apporter quelque chose de bon à la société », ajoute l’homme qui planche sur le développement d’autres produits à faible empreinte environnementale.

D’autres ateliers de formation, annoncés sur la page Facebook de l’entreprise, devraient avoir lieu au cours de l’été.

Sales piles

À l’exception du phare à dynamo – qui nécessite un investissement de quelques centaines de dollars en tenant compte de l’installation –, les phares de vélos fonctionnent généralement à l’aide de piles qui ont un impact réel sur le bilan carbone.

D’ailleurs, un article paru en 2016 dans la publication spécialisée International Journal of Life Cycle Assessment révèle que l’achat, l’utilisation et la mise au rancart d’un paquet de quatre piles émettraient environ 0,33 kg d’équivalent CO2 pour chaque watt-heure consommé.

En clair, un cycliste utilisant un phare de vélo de 3 watts pendant 50 heures sur une année émettrait environ 50 kg d’équivalent CO2, soit à peu près la même quantité qu’un aller en voiture Montréal-Québec.

Retombées positives

  • Baisse de la pollution
  • Bien dans son corps
Voir toutes les retombées positives de l'action climatique
Cyclistes, allez vous faire voir… sans GES 3min.