Noel usage_Cadeaux
array(26) { ["ID"]=> int(9643) ["post_author"]=> string(2) "23" ["post_date"]=> string(19) "2017-12-18 11:00:22" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2017-12-18 16:00:22" ["post_content"]=> string(1642) "

C’est pour offrir de plus beaux cadeaux à ses enfants, pour une fraction du prix, que Marie-France Gévry a commencé à acheter des cadeaux usagés pour Noël, l’an dernier. « Il était hors de question que je paye plus de 100 dollars pour un établi en plastique », dit la maman de 36 ans.

Quand elle a commencé à magasiner sur Kijiji, elle a trouvé le fameux établi souhaité pour à peine 10 dollars! Grâce à l’économie réalisée, elle a même pu améliorer le cadeau en achetant une scie circulaire en déboursant un autre 10 dollars. Son garçon de deux ans, Christophe, n’y a vu que du feu et il l’utilise tous les jours depuis.

Des millions de Canadiens

« Je me sentais un peu mal au début, parce que je me demandais ce que les gens allaient penser », admet Marie-France, qui, comme des millions de Canadiens, assume désormais pleinement son choix de donner des cadeaux de seconde main, mais seulement à ses enfants pour l’instant. Idem pour Mélissa Blanchette, copropriétaire de Répare Union, une boutique qui donne une deuxième vie aux objets électroniques. « Acheter des objets de seconde main est une excellente option pour réduire la surconsommation », dit la femme de 39 ans qui a plongé dans le monde de l’usagé lors de la naissance de son premier fils, il y a 5 ans. Depuis, elle cherche d’abord sur le marché de l’occasion pour trouver des cadeaux avant de magasiner pour du neuf. Pour Noël prochain, elle a, par exemple, trouvé un iPad à 50 $ pour son neveu et une énorme pile de livres en parfait état." ["post_title"]=> string(24) "Un Noël de seconde main" ["post_excerpt"]=> string(264) "L’achat de cadeaux de Noël vous stresse et ruine votre santé financière? Délaissez la surconsommation et misez sur l’achat d’objets usagés, comme le font plus du quart des Canadiens. C’est aussi une excellente façon de réduire vos émissions de GES!" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(20) "noel-de-seconde-main" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-02-03 21:19:53" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-02-04 02:19:53" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(30) "https://unpointcinq.ca/?p=9643" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
Created with Lunacy 3 min

Un Noël de seconde main

L’achat de cadeaux de Noël vous stresse et ruine votre santé financière? Délaissez la surconsommation et misez sur l’achat d’objets usagés, comme le font plus du quart des Canadiens. C’est aussi une excellente façon de réduire vos émissions de GES!

C’est pour offrir de plus beaux cadeaux à ses enfants, pour une fraction du prix, que Marie-France Gévry a commencé à acheter des cadeaux usagés pour Noël, l’an dernier. « Il était hors de question que je paye plus de 100 dollars pour un établi en plastique », dit la maman de 36 ans.

Quand elle a commencé à magasiner sur Kijiji, elle a trouvé le fameux établi souhaité pour à peine 10 dollars! Grâce à l’économie réalisée, elle a même pu améliorer le cadeau en achetant une scie circulaire en déboursant un autre 10 dollars. Son garçon de deux ans, Christophe, n’y a vu que du feu et il l’utilise tous les jours depuis.

Des millions de Canadiens

« Je me sentais un peu mal au début, parce que je me demandais ce que les gens allaient penser », admet Marie-France, qui, comme des millions de Canadiens, assume désormais pleinement son choix de donner des cadeaux de seconde main, mais seulement à ses enfants pour l’instant. Idem pour Mélissa Blanchette, copropriétaire de Répare Union, une boutique qui donne une deuxième vie aux objets électroniques. « Acheter des objets de seconde main est une excellente option pour réduire la surconsommation », dit la femme de 39 ans qui a plongé dans le monde de l’usagé lors de la naissance de son premier fils, il y a 5 ans. Depuis, elle cherche d’abord sur le marché de l’occasion pour trouver des cadeaux avant de magasiner pour du neuf. Pour Noël prochain, elle a, par exemple, trouvé un iPad à 50 $ pour son neveu et une énorme pile de livres en parfait état.

Quelques aubaines dénichées par Marie-France Gévry sur Kijiji ou dans les marchés usagés

  • Jeu de hockey sur table : 4 $ (valeur 70 $)
  • Microscope neuf : 4 $
  • Ballon sauteur : 4 $
  • Jeu de société : Monopoly : 2 $ (valeur 40 $)
  • Établi pour enfant : 10 $ (valeur 100 $)
  • Chandail de hockey de la LNH pour enfant : 15 $ (valeur de 100 $)
  • Jeu de billes Marble Mania : 10 $ (valeur de 100 $)

Selon l’Indice Kijiji de l’économie de seconde main 2017, produit par l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’Université du Québec à Montréal, 27,1 % des Canadiens ont donné un bien usagé en cadeau au cours des 12 derniers mois. En moyenne, les Canadiens ont échangé 78 objets de seconde main (67 au Québec), générant une économie de 35 à 38 milliards de dollars, soit 1,4 % du PIB au pays.

Noel usage_Enfant jouets
Christophe adore ses outils et ne veut plus s'en passer. (© Courtoisie)

« Le marché de seconde main est en forte progression, notamment pendant la période de Noël », souligne Fabien Durif, directeur de l’Observatoire qui a commencé à colliger des données sur ce marché, il y a trois ans. « Les gens étaient plus gênés d’offrir des cadeaux usagés par le passé, mais il n’y a presque plus de stigmatisation », lance l’homme qui souligne que tous les chiffres disponibles sous-estiment assurément la taille du marché de l’occasion.

« Même si aucune statistique ne permet de le prouver, il semble que ce marché était réservé aux ménages à faibles revenus par le passé, estime Fabien Durif. Mais toutes les études prouvent maintenant qu’il n’y a pas de liens statistiques entre les revenus et la participation au marché de seconde main, ajoute-t-il. Cette transformation est liée à la multiplication du nombre de plateformes en ligne, où l’on retrouve énormément de produits à un excellent rapport qualité-prix. C’est rapide, efficace et ça permet de réduire le stress financier, des qualités très appréciées notamment par les milléniaux », soutient le vice-doyen à la recherche.

C’est d’ailleurs la volonté d’économiser qui motive la plupart des acheteurs à se tourner vers les biens usagés (73 %), suivi des motivations écologiques (58 %). En moyenne, les consommateurs perçoivent qu’ils devraient payer 2,7 fois plus cher pour obtenir des objets neufs, mais les gains sont parfois beaucoup plus élevés.

Des gains énormes!

L’Indice de l’économie de seconde main révèle par ailleurs que les consommateurs ont réalisé, en moyenne, des gains de près de 2000 dollars sur le marché de l’occasion l’an dernier, soit 843 $ en réalisant des économies sur des achats de seconde main et 1037 $ en vendant des biens d’occasion. « Les gens accumulent tellement que ce marché est aussi une bonne façon de désencombrer », remarque Fabien Durif. « C’est si simple de vendre en ligne, admet Mélissa Blanchette. Il suffit de prendre une photo et, en un clic, c’est fait. »

À l’approche de Noël, Marie-France Gévry a encore débusqué des rabais impressionnants en mettant la main sur deux chandails de hockey; l’un de Sidney Crosby et l’autre d’Alexander Ovechkin, pour ses deux garçons. La facture : à peine 30 dollars, alors qu’il faut débourser près de 100 dollars par chandail dans le neuf.

Êtes-vous prêts à tester le marché de l’occasion pour Noël? C’est votre portefeuille (et la planète) qui vous remerciera.

Biens les plus échangés (Indice Kijiji 2017)

  1. Vêtements, chaussures et articles de mode
  2. Produits de divertissement
  3. Vêtements et accessoires pour bébé
  4. Jeux, jouets et jeux vidéo
  5. Articles de loisirs et d’artisanat