Il était une fois Unpointcinq

Philippe Poitras et Clémence Lalloz
array(26) { ["ID"]=> int(54644) ["post_author"]=> string(2) "16" ["post_date"]=> string(19) "2022-10-17 06:13:29" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2022-10-17 10:13:29" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(37) "Il était une fois Unpointcinq" ["post_excerpt"]=> string(495) "De « webtélé rock’n’roll consacrée au climat » à « plateforme style country de l’action climatique », le concept à la source d’Unpointcinq est passé par bien des phases avant de devenir celui qu’on connaît. Oui, les deux cofondateurs, Clémence Lalloz et Philippe Poitras, sont pas mal flyés! Pour le cinquième anniversaire d’Unpointcinq, ils vous racontent tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les dessous de votre média de solutions. " ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(29) "il-etait-une-fois-unpointcinq" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2022-10-14 10:40:11" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2022-10-14 14:40:11" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=54644" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
Philippe Poitras et Clémence Lalloz @Unpointcinq
Created with Lunacy 3 min

Retombées positives générales

De « webtélé rock’n’roll consacrée au climat » à « plateforme style country de l’action climatique », le concept à la source d’Unpointcinq est passé par bien des phases avant de devenir celui qu’on connaît. Oui, les deux cofondateurs, Clémence Lalloz et Philippe Poitras, sont pas mal flyés! Pour le cinquième anniversaire d’Unpointcinq, ils vous racontent tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les dessous de votre média de solutions.

Comment est née l’idée d’Unpointcinq?

PP : Elle vient de mon expérience avec des groupes environnementaux quand j’étais consultant en communication. Je me suis aperçu que les approches communicationnelles avaient de la difficulté à rejoindre les indécis. En plus, j’étais déçu et frustré, en tant que citoyen, de ne pas trouver d’information positive sur les solutions pour lutter contre les changements climatiques, ici au Québec, dans ma revue de presse matinale. L’idée de base, en 2013, c’était de créer une webtélé qui montrerait, de façon rythmée et divertissante, des solutions aux enjeux climatiques. Le premier épisode devait traiter des îlots de chaleur. Un de mes collaborateurs à l’époque voulait l’appeler le Canal climat. Je trouvais ça horrible! Les médias généralistes traitaient alors beaucoup de l’impact catastrophique, mais très peu des solutions, et quand des émissions sur l’environnement en parlaient, c’était encore et toujours dans des formats très sérieux, pour ne pas dire plates. Je me disais alors : pourquoi le traitement des enjeux climatiques et environnementaux ne pourrait-il pas être le fun et divertissant?

Avais-tu un intérêt particulier pour l’environnement ou le climat, Philippe?

PP : Non. Moi, au départ, mon intérêt était de jazzer le traitement et de mettre du pep dans tout ça. Je l’ai fait un peu toute ma vie. J’ai l’obsession de rendre les sujets importants le fun aux yeux du monde. Par exemple, la littératie financière : y a personne qui se lève le matin en pensant aux REER, aux CELI ou aux REÉÉ. Pourtant, c’est essentiel dans la vie! Pierre-Yves McSween est arrivé et a réinventé les codes avec succès. Il a trouvé le tour d’amener ce sujet plate et complexe dans le quotidien des gens. C’est pareil pour le climat. Y a pas beaucoup de gens qui se demandent chaque jour comment incorporer les enjeux climatiques dans leur vie. Les gens veulent être bien et heureux au quotidien. Comment faire entrer la complexe question climatique dans leur vie alors que la crise climatique fait peur? Comment arriver à détendre l’atmosphère?

Il y a une vidéo qui a été déterminante pour la concrétisation du projet, pouvez-vous nous raconter?

PP : Oui, la vidéo du danseur! On y voit un gars en bedaine qui danse seul dans un parc lors d’un festival. Mais, autour, tout le monde est assis. Il a franchement l’air un peu fou à danser et à tripper tout seul de même… Mais un deuxième danseur se joint à lui et se met à danser lui aussi comme un fou, et quelque chose de fondamental se produit alors : petit à petit, d’autres personnes se joignent au party. Et encore d’autres. Quand je suis tombé là-dessus, je me suis dit : « C’est ça la pièce manquante dont j’ai besoin pour expliquer ce que j’ai en tête! » C’est une façon subtile de dire aux gens : actuellement, l’information climatique ne fait pas le travail pour attirer et rassembler les foules. Il manque des morceaux au grand puzzle. La vidéo incarne le mimétisme humain et le changement de normes sociales. Dans cette vidéo-là, tu as le changement de normes en accéléré, drette dans ta face! Le climat, y a beaucoup de monde qui ne s’approche pas de ça parce que c’est sensible, parce que ça rend coupable et, aussi, parce que c’est un sujet plate à la base, disons-le. En 2015-2016, c’était comme ça, et aujourd’hui, ça fait peur. En plus, cette vidéo était drôle avec les commentaires du narrateur. Je m’en suis servi dans toutes les présentations que j’ai faites pour vendre le concept d’Unpointcinq!

Donc, il y a cette idée de média « pas plate » qui traiterait de façon positive des questions climatiques. Comment se concrétise-t-elle ensuite?

PP : Il y a eu tout un processus, avec une étude de faisabilité et l’association avec des partenaires, dont l’Institut national de santé publique du Québec et le consortium Ouranos – un lieu de concertation permettant à la société québécoise de mieux s’adapter à l’évolution du climat –, l’obtention d’un premier financement pour faire la preuve de concept, etc. Puis Clémence est arrivée dans l’aventure.

CL : J’ai travaillé pendant 10 ans en agence Web. J’aimais ça, ça me permettait de toucher à tout… Puis, j’ai été voir un documentaire à la Maison du développement durable avec une amie : En quête de sens. À la fin de la projection, on s’est littéralement regardées en se disant « Faut qu’on quitte nos jobs! » J’ai commencé à faire des changements dans ma vie, comme essayer le zéro déchet, j’ai fait du bénévolat dans le milieu environnemental, puis j’ai voulu aller plus loin et avoir une job qui aurait un impact. J’ai postulé pour le projet à la base comme responsable Web et médias sociaux, et j’ai commencé en mai 2017. J’ai créé la première plateforme du site Web, dont la version finale (actuelle) a été lancée quelques mois plus tard, en août.

Maintenant la question qui tue : Pourquoi le nom Unpointcinq?

PP : D’abord, quand le projet a été lancé, il s’appelait COACC (Communication sur l’action contre les changements climatiques). Moi, j’aimais ça, car je voulais m’amuser avec la sonorité (cri d’un perroquet). Un couac, c’est aussi un problème, une fausse note, et l’idée d’un média positif dans son traitement du changement climatique, c’était justement une fausse note dans l’écosystème médiatique, donc je trouvais ça cohérent. Mais personne n’aimait, alors je me suis rallié au groupe. Il y a eu ensuite un grand processus de brainstorm parce qu’il ne fallait pas que le nom du média soit classique. Y avait toutes sortes de noms fantaisistes et, finalement, une voisine de bureau a proposé Unpointcinq… qui a été soumis avec une courte liste d’autres noms au comité éditorial. Unpointcinq a gagné même si ce n’était pas mon favori. Mais, je me suis rallié à la majorité. Je le trouvais bien sérieux, mais il était franchement original aussi. Pour moi, le nom rêvé aurait été CremAglace! Mais je suis conscient que je suis parfois juste un p’tit peu trop flyé…

CL : En fait, Unpointcinq fait référence à l’objectif de l’Accord de Paris : 1,5 degré. Comme un clin d’œil, notre étoile polaire. Mais, en toute sincérité, peu de gens font le lien, même dans le milieu environnemental! Mais on l’aime bien pareil.

Philippe est connu pour ses nombreux flashs; Clémence, as-tu une anecdote du genre à nous raconter?

CL : Oui! Un matin, il est arrivé en me demandant « Sais-tu c’est quoi la musique la plus écoutée au Québec? La musique country! Pourquoi on ferait pas un site avec un habillage country? » Je l’ai regardé et c’est sorti tout seul : « Euh non! » (rires) Dans des petites pièces d’information pourquoi pas, mais pas peinturé en gros sur le site Web.

PP : Cela dit, le flash country s’inscrit dans l’idée de base : « Comment faire entrer le climat dans la vie du monde de manière sympathique et naturelle? » Clémence et moi avons toujours été sur la même longueur d’onde là-dessus : t’arrives pas en demandant à quelqu’un « Eille, coudonc, ça te tente-tu de parler de climat? » C’est comme arriver et demander : « Parle-moi donc de ta santé dentaire! »

Philippe Poitras et Clémence Lalloz
Philippe Poitras et Clémence Lalloz @Unpointcinq

Où voyez-vous Unpointcinq dans cinq ans?

CL : (rires) Si tu nous avais posé la question il y a cinq ans, je n’aurais pas imaginé qu’on puisse être là où on est rendus. On a une capacité à opérer que je trouve franchement hallucinante.

PP : Je le vois encore comme LA référence médiatique en action climatique, populaire et professionnelle. On aura réussi à briser le mur du son.

CL : Unpointcinq, c’est pas juste un média, c’est avant tout un projet d’impact social. Le média est l’un des moyens d’arriver à un impact social. Depuis cinq ans, on a développé une expertise en communication climatique, on n’a pas LA recette gagnante, mais on en connaît pas mal d’ingrédients. On s’est dit : si on veut un plus grand impact social, ça prend plus qu’Unpointcinq. Il fallait également diversifier les sources de revenus pour assurer la pérennité du média, d’où l’idée de créer une nouvelle entité, Carburant humain, pour de la consultation et de la production de contenus sous forme de mandat, et dont les surplus générés seront réinvestis dans Unpointcinq.

C’est quoi votre talon d’Achille personnel par rapport au climat?

PP : C’est vraiment mon alimentation, encore trop de viande… et ma résistance à changer mes habitudes et mon menu.

CL : L’avion. Je suis Européenne, alors je n’ai pas le choix de le prendre pour aller voir ma famille. Et non, on n’est pas parfaits chez Unpointcinq! Et c’est très bien comme ça, la perfection, c’est juste inatteignable. C’est quelque chose qu’on aime bien mettre en avant auprès de notre communauté, nos failles en tant qu’humains. Parce qu’on a tous nos réalités et nos enjeux. Ne pas prendre l’avion est incompatible avec MA réalité. Très bien, il y a plein d’autres choses que je peux faire. Je pense que le monde a besoin d’empathie dans tout ça.

Quand on travaille chaque jour sur les questions climatiques, est-ce possible de ne pas être écoanxieux? Quel est votre remède à l’écoanxiété?

CL : J’ai mes épisodes. Ma méthode, elle ne marche pas du tout, c’est de faire l’autruche. Je me concentre sur ce qu’on fait, sans penser au futur et, parfois, ça me rattrape, je me fais une grosse crise d’écoanxiété, puis je me remets la tête dans le sable.

PP : Moi, je ne suis pas écoanxieux, je suis par contre très lucide sur l’ampleur du défi et les conséquences qui s’en viennent. Ce qui m’aide beaucoup, c’est de faire ce que je fais : contribuer à faire entrer le sujet climatique dans la vie des Québécoises et des Québécois. C’est mon exutoire. C’est mon gym climatique.

Encadré : Du tac au tac : si Unpointcinq était…

Un animal : un renard (car c’est rusé) ou un caméléon (ça prend les couleurs voulues), un butineur (après réflexion), car ils pollinisent et c’est ce qu’Unpointcinq veut faire.

Une toune : Just an Illusion d’Imagination. C’est planant, personne n’y résiste et ça fait rêver.

Un drink : une margarita ou un mojito, des drinks populaires, délicieux et simples à préparer, que les gens boivent pour le plaisir… comme le souhaite Unpointcinq pour l’action climatique!

Un film : Retour vers le futur, Histoire de jouets ou Forrest Gump, trois films feel good qui font du bien… comme ce que veut faire Unpointcinq.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram. Abonnez-vous à notre infolettre