cuisine enfant anti-gaspillage alimentaire trucs astuces cuisine mère fille
array(26) { ["ID"]=> int(31735) ["post_author"]=> string(2) "57" ["post_date"]=> string(19) "2020-11-06 06:51:14" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2020-11-06 11:51:14" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(36) "Et on fait comment avec des enfants?" ["post_excerpt"]=> string(362) "« J’en veux plus! », « J’aime pas ça! »… Difficile de ne pas gaspiller de nourriture avec des enfants à la maison! Unpointcinq a demandé conseil à Sandra Griffin, qui en plus d’être nutritionniste et mère de trois filles et d’un garçon, anime le blogue Maman Mange Bien. Vous allez voir, elle a plus d’un tour dans son tiroir à légumes !" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(39) "gaspillage-alimentaire-avec-des-enfants" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-11-06 09:36:44" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-11-06 14:36:44" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=31735" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
Created with Lunacy 3 min

Retombées positives générales

Et on fait comment avec des enfants?

06 novembre 2020 - Amélie Cournoyer, Journaliste inspiratrice

« J’en veux plus! », « J’aime pas ça! »… Difficile de ne pas gaspiller de nourriture avec des enfants à la maison! Unpointcinq a demandé conseil à Sandra Griffin, qui en plus d’être nutritionniste et mère de trois filles et d’un garçon, anime le blogue Maman Mange Bien. Vous allez voir, elle a plus d’un tour dans son tiroir à légumes !

Comment réduire le gaspillage alimentaire à la maison tout en respectant l’appétit de l’enfant, qui varie d’une journée à l’autre?

sandra griffin maman mange bien blogue
Sandra Griffin du blogue Maman mange bien. Crédit photo: Laurence-Émilie Photographie

J’utilise chez moi le repas en libre-service au centre de la table. Je peux par exemple proposer des poitrines de poulet précoupées pour faciliter le service, des pommes de terre, des crudités et des brocolis cuits à la vapeur. Je laisse mes enfants se servir parmi les aliments proposés. Cela permet de réduire le gaspillage à la table, parce qu’ils se servent selon leurs besoins. Et comme les plats de service restent devant eux, ils peuvent commencer par une petite portion et en reprendre s’ils ont encore faim. 

Puis, si un enfant ne finit pas le contenu de son assiette, un autre membre de la famille peut le manger ou on peut l’utiliser pour le lunch du lendemain. 

Ça arrive aussi que je laisse traîner sur la table ou sur le comptoir certains restes du repas, comme une tartine ou un bagel cuit, pour que les enfants les mangent plus tard quand ils ont faim.

Moins jeter de nourriture tout en respectant les goûts de l’enfant qui changent tout le temps : mission possible?

Les enfants préfèrent manger ce qu’ils connaissent. Il faut donc apprendre ou réapprendre à cuisiner à partir de ce qu’on a déjà à la maison au lieu de constamment chercher de nouvelles recettes sur Internet ou dans les magazines. Il existe plusieurs façons de cuisiner les restes pour que les enfants n’aient pas l’impression de manger la même chose. Moi, j’aime beaucoup préparer des sautés avec tout ce que je trouve dans le frigo : des légumes, du riz et une protéine, auxquels j’ajoute de l’ail et de la sauce soya. Les variantes sont infinies. On peut également faire des croquettes en mélangeant des patates pilées, du quinoa ou du couscous avec une protéine, des légumes, deux œufs et de la chapelure. Tant qu’on réussit à coller tout ça ensemble pour former une croquette, on est correct!

Un bon moyen pour développer le goût de l’enfant est de l’impliquer dans la préparation des repas. Il pourra ainsi manipuler les aliments et les apprivoiser dans un autre contexte qu’à table, sans sentir la pression d’y goûter. Et il osera davantage en manger au repas parce qu’il saura ce que c’est.

Comment sensibiliser un enfant au gaspillage alimentaire sans le culpabiliser?

On s’abstient surtout d’en parler durant les repas pour éviter que l’enfant culpabilise et se sente obligé de manger tout le contenu de son assiette même s’il n’a plus faim. L’idéal est de l’impliquer dans toutes les étapes de l’alimentation : on l’amène faire l’épicerie, visiter des fermes ou cueillir des petits fruits, on cultive un potager et on cuisine avec lui, puis on l’implique dans la planification du menu de la semaine en lui demandant ce qu’il souhaite manger. En voyant d’où viennent les aliments et tous les efforts qui ont été mis pour mettre la nourriture dans son assiette, l’enfant comprend qu’elle n’apparaît pas dans le frigo par magie. Et il devient plus enclin à ne pas la gaspiller lors des repas.

As-tu un truc anti-gaspillage pour les fameuses boîtes à lunch, qui reviennent rarement vides à la maison?

On implique l’enfant dans la préparation de sa boîte à lunch. Selon son âge, il peut faire son sandwich, couper ses crudités, préparer ses collations. Puis, s’il a faim au retour de l’école, on l’invite à terminer le contenu de sa boîte à lunch plutôt que de se prendre une nouvelle collation. Le yogourt, par exemple, c’est sa dernière chance d’être mangé, parce que je ne le remettrai pas au frigo… Bref, tout passe par l’implication de l’enfant dans son alimentation, et ce, à tous les niveaux.