Compensation carbone: les racines du bien

Vous cherchez un moyen d’effacer vos émissions de CO2 et vous n’y connaissez rien à la bourse du carbone? Faites donc planter des arbres, ces organismes sont là pour vous aider.

Vivre ici / 02 septembre 2017

Il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir planter des arbres dans sa cour. C’est pourquoi des organismes de reboisement ont développé des projets qui prennent en compte les contraintes du sol et de l’espace, en plus d’offrir aux citoyens une alternative simplifiée à la bourse du carbone.

1/ Arbre-Évolution: les charpentiers planteurs

Avec une foule de partenaires, Arbre-Évolution cherche à garder une cohésion entre l’homme et la nature. Depuis 2012, 25 000 arbres ont été plantés et 4 500 tonnes de CO2 compensés à travers le Québec grâce aux différents services offerts par l’organisme. L’idée maîtresse : mettre en contact des organismes, institutions, écoles, municipalités avec des bailleurs de fonds - des PME pour la plupart - pour développer des projets de reboisement communautaire. Une aubaine pour les bailleurs de fonds, qui y voient une occasion unique de faire leur part en matière de compensation carbone et d’obtenir une belle visibilité auprès des communautés environnantes. « c’est une manière très positive de créer un lien avec le public, d’aller à la rencontre de leur clientèle potentielle », nous explique Simon Côté, qui assure la gestion de l'organisme.

Il fallait y penser. Et c’est dans une entreprise de charpenterie traditionnelle que le concept prend forme en 2012. Samuel et Dominique Pépin-Guay travaillent alors avec de grosses pièces de bois pour la construction de maisons et réalisent l’ampleur du déboisement généré par leur activité. L’idée germe de compenser en oeuvrant pour le reboisement. Mais c’est la rencontre avec Simon qui va lancer le mouvement.

Le « gars de la région », titulaire d’un BAC en Sciences politiques et déjà impliqué dans un vaste projet de mise en valeur des actions positives menées dans les régions du Québec (visagesregionaux.org), voit immédiatement l’opportunité de mettre à profit son expertise en gestion de projets et son goût pour les travaux manuels. « Tout était à faire. Ils avaient besoin d’une personne polyvalente. Ça a cliqué tout de suite.»  Simon apprend la charpenterie auprès des deux frères et se met à l’oeuvre.
L’un de nos premiers projets a permis de planter 150 arbres dans le secteur de Cumberland à St Benjamin. Aujourd'hui là bas il y a 1000 arbres de 7 ou 8 pieds! Simon Côté
Cinq ans plus tard, Arbre-évolution a diversifié son offre de services. L’organisme offre de nombreux programmes et types de reboisement. À commencer par le Programme de reboisement social, qui traite les projets d’une communauté dans le besoin et permet de maximiser les retombées sociales, culturelles, économiques et environnementales de chaque arbre planté.  

Le programme de haies brise-vent et d’agroforesterie est spécifiquement destiné aux entreprises agricoles. Stabilisation des berges, filtration des odeurs, embellissement et biodiversité, si la première motivation des agriculteurs reste le rendement de leurs cultures, les haies brise-vent sont avant tout de véritables réservoirs à CO2. Peupliers, chênes, érables, mélasse, épinette, les brise vent possèdent les meilleurs taux de séquestration par arbre parce qu’ils poussent dans des conditions idéales. Plus d’une vingtaine de projets ont déjà été réalisés par Arbre-évolution, dont 75% sur de grosses exploitations, avec une moyenne de 250 arbres plantés en une journée.

Le programme d’aménagement comestible est idéal, que ce soit pour votre jardin ou en lisière de forêt. L’organisme met à votre service ses experts en plantation agricole pour vous aiguiller sur les végétaux à préconiser pour votre type de sol et selon vos désirs alimentaires.

Plus d’infos ici.

2/ Compensation CO2 : plus près de mon arbre

Compensation CO2 est une filiale professionnelle de reboisement qui regroupe près de 700 propriétaires fonciers principalement établis en Estrie. Elle offre un calculateur en ligne qui permet d’évaluer vos émissions de GES en plus de les convertir en nombre d’arbres qu’il faut planter pour compenser ces émissions. Le calculateur indique également le montant nécessaire au reboisement et fournit un code GPS avec chaque arbre acheté, histoire de rendre visite à son arbre à l’occasion.

Par exemple, pour un aller-retour Montréal-Mexico en avion, un peu plus d’une tonne de CO2 est émise. Il faudrait donc planter six arbres, pour une coquette somme de 24 $, soit 4 $ pour chaque arbre.

Le calculateur n’évalue pas seulement les émissions des transports, de l’alimentation et du logement, il permet également d’estimer la consommation de carbone des entreprises et des événements d’envergure locale à international.

Ensemble, les forestiers de compensation CO2 utilisent la superficie de leur territoire pour y créer des puits de carbone, pour séquestrer les émissions de CO2 et pour contrer le réchauffement climatique.

Plus d’infos ici.

3/ 375 000 arbres : package deal

Un peu dans la même lignée de Compensation CO2, le programme 375 000 arbres permet aux entreprises ou aux particuliers d’acheter un ou des arbres, mais cette fois dans la grande région métropolitaine.

Le coût de chaque arbre est un peu plus élevé, soit 10 $ l’unité. Le package deal que l’organisme offre est, cela dit, plus profitable aux entreprises qu’aux citoyens. Pour cinq arbres plantés et plus, vous obtenez un point, qui varie selon l’importance du don, sur la carte interactive du site internet. En plus de cette reconnaissance, vous pouvez vous identifier et écrire des mots personnalisés pour chacun des arbres. Une bonne façon de promouvoir ses valeurs et de jouir d’un peu de visibilité.

Pour tout achat de 30 $ et plus, des reçus d’impôts sont remis.

Au cas où vous seriez suspicieux de la rancœur que vous garde dame Nature et que vous souhaiteriez vous racheter en réalisant une plantation d’envergure, sachez que vous pouvez soumettre vos projets à l’organisme pour obtenir une subvention et de la main-d’œuvre. Il octroie deux subventions de plantation par an tant pour les particuliers que pour les entreprises ou les producteurs agricoles.

Les élus sont choisis grâce à quelques critères. Par exemple, l’essence des arbres doit être adaptée aux conditions des sites d’accueil, la biodiversité doit être prise en compte ainsi que la proportion des arbres. Il est également possible d’inclure des arbustes dans votre projet, en raison de trois arbustes pour un arbre. Tous les projets soumis sont évalués par un comité scientifique spécialisé dans la plantation.

L’initiative a été créée en partenariat avec la Fondation Cowboys fringants, la maison de production La Tribu, la Fondation David Suzuki et le Jour de la Terre. Elle s’inscrit en continuité avec le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) ainsi que le Plan d’action canopée de la Ville de Montréal de 2013 et 2014.

Au départ, l’objectif était d’y planter 375 000 arbres pour le fameux 375e anniversaire de Montréal. D’un même coup, le groupe cherche à augmenter de 3 % la superficie de la canopée de la ville qui s’est énormément rétrécie, à la suite de la crise de l’agrile du frêne et du développement urbain.

67 % de l’objectif est atteint. Selon les plus récents chiffres, plus de 165 500 arbres ont été plantés.

Raphaëlle Dufresne, coordonnatrice logistique

Par le passé, l’organisme organisait des spectacles-bénéfices afin de financer la plantation d’arbres. Au printemps dernier, les Cowboys fringants, sous l’étiquette La Tribu, ont lancé le projet d’album Nos forêts chantées. Une initiative pour conscientiser les jeunes à l’avenir des forêts et à l’écriture engagée. Tous les textes qui se retrouvent sur l’opus ont d’ailleurs été écrits par des élèves de deuxième cycle du secondaire dans 11 régions du Québec. Safia Nolin, Dumas et Richard Séguin sont parmi la dizaine de chanteurs à avoir prêté leur voix à leurs mots.

Plus d’infos ici.

Compensation carbone: les racines du bien 5min.