Bonnes nouvelles
array(26) { ["ID"]=> int(42310) ["post_author"]=> string(2) "16" ["post_date"]=> string(19) "2021-09-03 05:00:13" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-09-03 09:00:13" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(55) "Action climatique : les bonnes nouvelles du 3 septembre" ["post_excerpt"]=> string(346) "Un nouveau centre de recherche qui étudie les effets des changements climatiques dans les Chics-Chocs, un programme qui vise à réduire l'empreinte carbone des bâtiments à Montréal et du bon vieux poulet St-Hubert livré en voiture électrique. Pour nous assurer que vous passiez un excellent long weekend, nous en avons de belles histoires!" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(58) "action-climatique-les-bonnes-nouvelles-du-3-septembre-2021" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-09-03 12:50:34" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-09-03 16:50:34" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=42310" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
Created with Lunacy 3 min

Retombées positives générales

Action climatique : les bonnes nouvelles du 3 septembre

Un nouveau centre de recherche qui étudie les effets des changements climatiques dans les Chics-Chocs, un programme qui vise à réduire l’empreinte carbone des bâtiments à Montréal et du bon vieux poulet St-Hubert livré en voiture électrique. Pour nous assurer que vous passiez un excellent long weekend, nous en avons de belles histoires!

Décortiquer les changements climatiques au cœur des Chics-Chocs

Action climatique, bonnes nouvelles, Centre de recherche, Chics-Chocs
© Sépaq.

Un laboratoire à ciel ouvert vient d’être inauguré en Gaspésie. La station d’études montagnardes des Chics-Chocs (SEM) de l’Université du Québec à Rimouski et de la Sépaq permettra d’observer et de comprendre les effets des changements climatiques en milieu montagnard et alpin. Située au beau milieu du Parc national de la Gaspésie, dans les plus hautes montagnes méridionales du Québec, la SEM est le premier laboratoire de recherche universitaire implanté en milieu protégé dans l’Est du Canada.

Pour le professeur Luc Sirois, concepteur initial du projet, l‘objectif du SEM est de permettre l’avancée de connaissances scientifiques, mais aussi de développer une meilleure connaissance des enjeux de conservation et d’éducation dans un contexte de crise climatique. Il faudra cependant s’armer de patience pour découvrir les analyses des chercheurs : les premiers résultats obtenus à la station devraient être publiés d’ici un an et demi.

Montréal veut réduire les GES de ses bâtiments

Les propriétaires montréalais de grands bâtiments devront désormais partager avec la Ville les données relatives à leur consommation d’énergie. Le but ultime étant de les inciter à mieux gérer leur énergie.

La Ville attribuera une note à chaque bâtiment en fonction de son efficacité énergétique. Cela permettra de fixer des objectifs clairs aux propriétaires et de mesurer leurs progrès. Pour s’améliorer, ils pourront, entre autres, changer de système de ventilation, de système de chauffage, mieux isoler ou encore optimiser l’éclairage.

L’impact climatique du secteur des transports est bien connu, mais celui de la consommation énergétique des bâtiments commerciaux et institutionnels l’est un peu moins. Or, elle représente environ 6% des émissions de gaz à effet de serre (GES) du Québec. En déposant ce nouveau règlement, la Ville de Montréal poursuit son engagement du Plan climat qui vise la réduction de 55% des GES d’ici 2030, en vue d’atteindre la carboneutralité en 2050. À terme, l’application de ce nouveau règlement permettra de contribuer à 9% de l’atteinte de cet objectif.

Dring-dring-dring, que désirez-vous? La neutralité carbone!

Action climatique, Rôtisseries St-Hubert, Véhicules électriques
Richard Scofield, président du Groupe St-Hubert qui pose devant l'iconique Coccinelle jaune électrifiée et remise à neuf. © Le Groupe St-Hubert.

Avis aux mordus de poulet rôti, de petits pains « toastés » et de sauce brune : à l’occasion de ses 70 ans, la populaire chaîne de rôtisseries St-Hubert annonce que son service de livraison sera carboneutre. Aujourd’hui, 20% de la flotte de St-Hubert, composée de plus de 400 véhicules, sont électriques ou hybrides. L’entreprise prévoit faire grimper ce chiffre à 50% d’ici 2026, puis à 100% au cours des années suivantes.

Et St-Hubert a fait cette annonce avec style en révélant au public une version retapée et électrifiée de la fameuse coccinelle Volkswagen Beetle 1967 jaune, symbole de l’iconique restaurant québécois. C’est Ingenext, une entreprise spécialisée dans la conversion de véhicules électriques basée à Trois-Rivières, qui s’est chargée de refaire une jeunesse à la vieille coccinelle.

Toutefois, pour atteindre la carboneutralité, l’électrification des véhicules de livraison ne suffira pas. Une voiture électrique n’est pas carboneutre. Sa fabrication, en particulier, émet de nombreux gaz à effet de serre. Pour les compenser, St-Hubert investira donc 200 000 $ en crédits carbone.  Chaque crédit acheté représente la réduction d’une tonne d’équivalent C0₂ émise par des entreprises, des municipalités et des organismes du Québec.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram.