array(29) { ["ID"]=> int(15917) ["post_author"]=> string(2) "40" ["post_date"]=> string(19) "2018-08-30 06:21:26" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-08-30 10:21:26" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(0) "" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(24) "porter-la-voix-du-climat" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-02-25 14:04:33" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-02-25 19:04:33" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(56) "https://unpointcinq.ca/?post_type=blog-post&p=15917" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(9) "blog-post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["displayCategories"]=> bool(true) ["displayAuthor"]=> bool(false) ["displayAuthorBottom"]=> bool(true) ["header"]=> string(4) "blog" ["page_banner_options"]=> array(1) { [0]=> string(0) "" } }
© Lorie Shaull

Porter la voix du climat

30 août 2018 - Geneviève Rajotte Sauriol, Consultante en communication responsable

Qu’ont en commun Martin Luther King, Emma Watson et Brigitte Bardot? Outre le fait qu’ils possèdent chacun leur page Wikipédia, on leur associe spontanément une cause : lutte contre le racisme, féminisme et protection des bébés phoques. Comme quoi le bon message a besoin du bon messager.

S’il est une cause invisible qui mérite qu’on lui colle un visage et lui prête une voix, c’est bien la lutte contre les changements climatiques. Les actions liées à la réduction des gaz à effet de serre ne font pas l’objet de photos choc, contrairement à celles de réfugiés pris aux frontières ou d’enfants en état de malnutrition. Même si, sans faire de raccourcis, la quantité de CO2 rejeté dans l’atmosphère n’est pas étrangère au déplacement des populations et aux famines…

Pour remédier à son invisibilité, vulgariser des concepts scientifiques, promouvoir un changement d’habitude, attirer l’attention des médias ou faire lever les foules lors d’une manifestation, le climat a besoin de porte-paroles.

Se mettre le pied dans la bouche et s’en mordre les doigts

Le choix d’un porte-parole n’est pas une mince affaire. Entre la célébrité et la notoriété, qui fera le meilleur messager? Ce n’est pas parce que X fait la une du 7 jours qu’il arrivera à convaincre tout le monde de se déplacer à vélo. Surtout si X se promène en VUS. Et souvenez-vous que plus le porte-parole est connu, plus il aura de visibilité et plus il pourrait répandre le mauvais message. Bye bye la crédibilité.

La clé, c’est assurément la cohérence. Au mois d’août, je m’occupais des communications de la Semaine québécoise des marchés publics. Le but était de promouvoir l’achat local et les circuits courts. J’ai approché la nutritionniste gourmande Julie Aubé pour lui proposer de devenir porte-parole de l’évènement. Elle n’est pas aussi connue que Ricardo, d’accord. Mais je n’aurais pas pu mieux tomber! Inutile de lui faire gober des messages-clés, elle les a tatoués sur le cœur! En entrevue, elle est authentique, vraie, elle porte la cause comme si c’était la sienne. Parce que, justement, c’est la sienne.

Les visages de la lutte contre les changements climatiques

Au Québec, on ne manque pas de figures de proue pour faire le pont entre les « écolos » et « monsieur-madame Tout-le-monde ». Ils nous font rire, nous font peur, nous font pleurer et nous donnent envie de les suivre :

  • Les Cowboys fringants, qui mettent la musique au service de l’environnement
  • Édith Cochrane, porte-parole du Jour de la Terre
  • Emmanuel Bilodeau, porte-parole compulsif
  • Laure Waridel et Steven Guilbeault, fondateurs d’Équiterre et fiers représentants du mouvement écolo
  • David Suzuki et Hubert Reeves, les scientifiques qui se passent de présentation
  • Christine Beaulieu, qui rend l’hydroélectricité fascinante avec J’aime Hydro
  • Roy Dupuis, cofondateur de la Fondation Rivières
  • Jean Lemire, aux premières lignes
  • Georges Laraque, qui rend ça cool d’être végane
  • L’ours polaire, symbole (et victime) suprême des changements climatiques

Et si le porte-parole, c’était vous?

Bon, avant de se lancer dans le bottin de l’Union des artistes, une question s’impose : êtes-vous la personne la mieux placée pour aller à l’avant-scène? Pensez-y : des entrepreneurs, des maires, des étudiants et des militants inconnus qui défendaient leur projet corps et âme sont devenus des figures emblématiques et ont maintenant, eux aussi, leur page Wikipédia. Au fond, nous pouvons tous être porte-paroles de la lutte contre les changements climatiques autour de nous!

Lire aussi: Les Cowboys Fringants au galop contre les GES