Dossier spécial : L'école dit stop au réchauffement climatique , partie 7
Collège Dawson, carboneutre, Collège Dawson carboneutre. empreinte carbone, plantation d'arbres, cégep, Montréal, EnRacine, crédit carbone, Nicaragua, plantation d'arbres Nicaragua, télétravail
array(26) { ["ID"]=> int(41857) ["post_author"]=> string(2) "85" ["post_date"]=> string(19) "2021-08-23 06:00:01" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2021-08-23 10:00:01" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(32) "Un cégep engagé pour le climat" ["post_excerpt"]=> string(407) "Avec son objectif de devenir « carboneutre pour toujours », le collège Dawson, à Montréal, multiplie les actions pour diminuer son empreinte carbone depuis 2018. Le projet a d’ailleurs été récompensé en avril dernier au Gala du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal), qui souligne chaque année les réalisations novatrices d’organisations de l’île de Montréal." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(45) "college-dawson-un-cegep-engage-pour-le-climat" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2021-08-24 10:40:14" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2021-08-24 14:40:14" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(31) "https://unpointcinq.ca/?p=41857" ["menu_order"]=> int(0) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
©Courtoisie collège Dawson
Created with Lunacy 3 min

Retombées positives générales

Un cégep engagé pour le climat

Avec son objectif de devenir « carboneutre pour toujours », le collège Dawson, à Montréal, multiplie les actions pour diminuer son empreinte carbone depuis 2018. Le projet a d’ailleurs été récompensé en avril dernier au Gala du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal), qui souligne chaque année les réalisations novatrices d’organisations de l’île de Montréal.

Le plus récent bilan stratégique du cégep anglophone a dressé le constat de l’urgence climatique, se souvient Richard Dugas, technicien à l’information pour le développement durable aux ressources matérielles. C’est d’ailleurs le virage vert de l’établissement qui a entraîné la création d’un Bureau du développement durable et l’embauche d’un coordonnateur dédié.

D’importantes rénovations visant à remplacer plusieurs équipements par des appareils électriques automatisés ont été entamées. Ainsi, des ordinateurs signalent quand changer les filtres à air plutôt que de se fier à une décision humaine, illustre Chris Adam, du Bureau du développement durable du collège Dawson. Le cégep a de cette façon fait baisser de 60 % sa consommation de gaz naturel et de 9 % celle en électricité, notamment en automatisant les systèmes, mais également en remplaçant des chaudières et des refroidisseurs.

Dawson s’est également attaqué aux déchets sur son territoire. En plus du recyclage qui était déjà existant, le cégep a instauré un système de compost, avec plus de 100 stations dans tout le campus. En vue d’inciter les gens à composter, finies les poubelles dans les bureaux et les corridors. « Ç’a été un gros travail », mentionne Chris Adam.

Néanmoins, Richard Dugas estime qu’il y a encore « beaucoup » de déchets dans les poubelles restantes, notamment en raison de la proximité du cégep avec la foire alimentaire d’un centre commercial. Selon lui, un travail de sensibilisation reste à faire autant auprès du personnel que des étudiants. « Il y en a qui sont complètement conscientisés tandis que [pour] d’autres, c’est comme s’ils n’avaient jamais entendu parler des changements climatiques », observe-t-il.

Réduire et compenser

Afin de compenser ses émissions, le collège Dawson a pris la décision de faire planter des dizaines de milliers d’arbres sur des terres marginales, autrement dit, pas assez fertiles pour être cultivées de façon rentable, au Nicaragua, explique Chris Adam. Pour ce faire, l’établissement achète des crédits carbone auprès d’EnRacine, un organisme fondé par un ancien étudiant du cégep, Khalil Baker.

Ces végétaux sont plantés par des fermiers locaux et leurs familles, qui les entretiennent en échange d’un salaire. « Ils en tirent un revenu et peuvent envoyer leurs enfants à l’école, ajoute-t-il. Et nous vendons dans notre librairie les produits en bois que les charpentiers fabriquent. C’est donc un cycle complet. » Les émissions causées par le transport en avion ne sont toutefois pas encore prises en compte dans le calcul effectué par Dawson. Richard Dugas explique que le cégep commencera à calculer ses achats et ses approvisionnements cette année. « On préfère le voir comme de l’approvisionnement au sens large plutôt que de calculer le cycle de vie de chaque objet » qui entre au collège, dit-il.

Collège Dawson, carboneutre, Collège Dawson carboneutre. empreinte carbone, plantation d'arbres, cégep, Montréal, EnRacine, crédit carbone, Nicaragua, plantation d'arbres Nicaragua, télétravail
Le collège Dawson multiplie les actions pour diminuer son empreinte carbone depuis 2018. ©Courtoisie collège Dawson

Au cours des dernières années, les émissions de gaz à effet de serre (GES) de Dawson étaient de 2 647 tonnes en moyenne, en incluant les déplacements des étudiants et des employés. « Même si 80 % de nos gens se déplacent en transport en commun, avec 10 000 personnes, cela génère quand même une certaine quantité de GES », évalue Richard Dugas. La pandémie aura fait chuter le nombre de déplacements, donc les émissions de GES qui y sont reliées. Le cégep a néanmoins décidé de calculer son empreinte carbone liée au télétravail. Pour l’année 2019-2020, les émissions se chiffrent à 159 tonnes de CO₂.

Avec le retour en classe en personne, le collège Dawson désire encourager ses étudiants et employés à se tourner vers la marche ou le vélo pour leurs déplacements. L’établissement organisera un concours où les étudiants qui se déplacent à deux roues courront la chance de remporter un vélo neuf. La majorité des étudiants du cégep situé près du centre-ville viennent en transport en commun en raison de sa proximité avec la station de métro Atwater, accessible directement par un tunnel. S’il concède que le transport en commun est mieux que l’auto en solo, il encourage les étudiants à aller encore plus loin en adoptant le transport actif.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, LinkedIn et Instagram.