Du rêve américain au rêve québécois

Une entreprise québécoise reconvertit des pick-up en véhicules électriques. Une première au Québec qui marie rêve de puissance cylindrée et lutte aux changements climatiques.

Techno Wow / 16 septembre 2017

En 1950, ils ont conquis le cœur des automobilistes. Que ce soit pour les déplacements quotidiens ou pour partir en road-trip vers la côte ouest, les pick-up sont devenus les véhicules préférés des American Dreamers. Depuis ce temps, ils sont des millions à sillonner les routes du Québec.

Le parc automobile québécois compte deux millions de camions légers (pick-up) et représente 33 % de tous les véhicules en circulation. Mais bien que ces bêtes roulantes consomment comme des ivrognes, encore aucune d’entre elles n’est électrique. Pourtant, la technologie existe et elle est source de nombreux bénéfices. Simon-Pierre Rioux, le président de l’association des véhicules électriques du Québec, affirme qu’il n’y a pour l’instant aucune camionnette électrique au Québec et que la SAAQ n’accepte pas encore les véhicules reconvertis électriques. Mais la bonne nouvelle est que cela va assurément changer dans les prochaines années.

L’entreprise québécoise Ecotuned a développé un kit permettant de convertir un camion léger à essence en camion électrique.

Plusieurs projets pilotes, impliquant le ministère des Transports, Hydro-Québec et la Ville de Montréal, sont en cours afin d’électrifier des flottes de véhicules de patrouille et de travaux publics.
Un pick-up 100% électrique grâce au système Ecotuned. (Crédit : Angelica Alberti Dufort)

Neuf tonnes de GES

C’est Andy Ta, un ex-étudiant de l’ÉTS, qui a développé le prototype et démarré l’entreprise.

Il explique que le kit Ecotuned se démarque des autres systèmes motopropulseurs électriques par son caractère réutilisable et universel. Le principe est de retirer le moteur à essence d’un camion lorsqu’il ne fonctionne plus et de le remplacer par un moteur électrique.

La durée de vie du moteur électrique est de un million de kilomètres, ce qui est trois fois supérieur à un véhicule normal. Lorsqu’un camion Ecotuned a atteint son kilométrage maximal, le moteur peut être retiré et réinstallé dans une autre voiture, et ce, jusqu’à cinq voitures consécutives.

Il n’est pas non plus nécessaire de se limiter à un seul modèle puisque les châssis de camions légers sont très similaires entre les différentes marques et générations. Le kit peut donc être installé dans près de neuf camions sur dix.

Selon Andy, chaque véhicule converti permettrait d’éviter l’émission d’environ neuf tonnes de gaz à effet de serre par année. Cela représenterait une énorme réduction à l’échelle du parc automobile, les camions légers étant responsables de plus de 20 % des émissions de CO2 dues au transport au Québec.

Avec une autonomie de 140 km, ce système est idéal pour les camions qui effectuent de courts déplacements, comme c’est le cas d’un bon nombre de véhicules commerciaux.

Bon pour le portefeuille 

Le cout d’installation du moteur électrique peut varier entre 25 000 $ et 30 000 $, mais ces frais seront rentabilisés en 2,5 ans et, à long terme, ce sont environ 50 % de tous les frais associés au véhicule à essence qui seront évités :

  • En prolongeant sa durée de vie de 10 ans et en repoussant l’achat d’une nouvelle camionnette.
  • En rachetant un véhicule de seconde main plutôt que neuf, tout en gardant la même qualité de propulsion.
  • En évitant l’achat de l’essence pour ce type de véhicule qui, pour certains modèles, peut consommer jusqu’à 18 L/100km!
  • En éliminant les frais liés à l’entretien du moteur à essence traditionnel qui sont plus élevés.
Le sommet mondial Movin'On était le théâtre parfait pour présenter au public le système Ecotuned. (Crédit : Angelica Alberti Dufort)

Les propriétaires de camionnettes intéressés auront très bientôt l’occasion de voir des compagnies comme Havelaar, Tesla, Ford et Workshore proposer des modèles électriques ou hybrides. Avec un peu de patience, ils pourront aussi choisir le kit de conversion d’Ecotuned. Bien que la SAAQ n’accepte pas encore les véhicules reconvertis, Andy Ta croit pouvoir normaliser et déployer ses kits par le biais de mécaniciens accrédités qui seraient en mesure de les installer sur les camionnettes d’occasion.

Du rêve américain au rêve québécois 3min.