array(26) { ["ID"]=> int(5746) ["post_author"]=> string(2) "15" ["post_date"]=> string(19) "2017-09-12 00:00:00" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2017-09-12 04:00:00" ["post_content"]=> string(2216) "

Imaginez que le camion à ordures passe dans votre rue presque sans bruit, en ne produisant que peu d’émanations. Quels bienfaits pour vos oreilles et vos poumons! Les camions de l’entreprise française Derichebourg, équipés de la technologie Start-Stop Active d’Effenco, circulent déjà dans dix arrondissements du Grand Montréal. Avec aux commandes des employés en uniforme orange pour collecter déchets, résidus de table et matières recyclables.

Implantée à Montréal, Effenco innove avec cette technologie qui permet aux camions d’effectuer 50 % de leurs déplacements quotidiens en mode électrique, et donc de réduire de 30 % l’utilisation du carburant.

« Nous installons un boîtier avec une unité de stockage électrique sur les véhicules existants qui permet d’électrifier tous les composants, comme le compacteur et le lève bacs, nous explique Simon Poulin, directeur des ventes. Comme ce type de camion est immobile de 40 à 60 % du temps, notre système permet au chauffeur d’éteindre le moteur pendant les manœuvres de collecte. » Effenco a installé une centaine de systèmes hybrides sur des camions de classe 6 ou 8, des bétonnières et des camions pour la voirie ou les installations portuaires.

Économie de 10 000$ par année

Avec la Conférence de Paris sur les changements climatiques en 2015 et l’engagement du gouvernement québécois envers des cibles de réduction de GES, il y a de moins en moins de freins à l’adoption de ce type de technologie. On constate beaucoup d’intérêt de la part des municipalités qui, de plus en plus, cherchent une façon concrète de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Parmi elles, la ville de Gatineau a choisi de confier la gestion de ses déchets résidentiels à Derichebourg, qui possède une flotte d’une trentaine de camions." ["post_title"]=> string(22) "Aux vidanges, les GES!" ["post_excerpt"]=> string(327) "On ne peut pas faire grand-chose pour l’odeur. Mais si tous les camions lourds de Montréal étaient équipés avec la même solution hybride que ces camions-poubelles, on réduirait de 5 % les émissions de GES de la ville. C’est ce qu’avance Simon Poulin, directeur des ventes pour l’entreprise québécoise Effenco." ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(20) "aux-vidanges-les-ges" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2020-02-03 21:36:57" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2020-02-04 02:36:57" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(59) "https://unpointcinq.ca/non-classifiee/aux-vidanges-les-ges/" ["menu_order"]=> int(49) ["post_type"]=> string(4) "post" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" ["header"]=> string(4) "blog" ["displayCategories"]=> bool(true) }
crédit : Sebastien_Roy
Created with Lunacy 4 min

Aux vidanges, les GES!

12 septembre 2017 - Sophie Benoit, Curieuse voyageuse

On ne peut pas faire grand-chose pour l’odeur. Mais si tous les camions lourds de Montréal étaient équipés avec la même solution hybride que ces camions-poubelles, on réduirait de 5 % les émissions de GES de la ville. C’est ce qu’avance Simon Poulin, directeur des ventes pour l’entreprise québécoise Effenco.

Imaginez que le camion à ordures passe dans votre rue presque sans bruit, en ne produisant que peu d’émanations. Quels bienfaits pour vos oreilles et vos poumons! Les camions de l’entreprise française Derichebourg, équipés de la technologie Start-Stop Active d’Effenco, circulent déjà dans dix arrondissements du Grand Montréal. Avec aux commandes des employés en uniforme orange pour collecter déchets, résidus de table et matières recyclables.

Implantée à Montréal, Effenco innove avec cette technologie qui permet aux camions d’effectuer 50 % de leurs déplacements quotidiens en mode électrique, et donc de réduire de 30 % l’utilisation du carburant.

« Nous installons un boîtier avec une unité de stockage électrique sur les véhicules existants qui permet d’électrifier tous les composants, comme le compacteur et le lève bacs, nous explique Simon Poulin, directeur des ventes. Comme ce type de camion est immobile de 40 à 60 % du temps, notre système permet au chauffeur d’éteindre le moteur pendant les manœuvres de collecte. » Effenco a installé une centaine de systèmes hybrides sur des camions de classe 6 ou 8, des bétonnières et des camions pour la voirie ou les installations portuaires.

Économie de 10 000$ par année

Avec la Conférence de Paris sur les changements climatiques en 2015 et l’engagement du gouvernement québécois envers des cibles de réduction de GES, il y a de moins en moins de freins à l’adoption de ce type de technologie. On constate beaucoup d’intérêt de la part des municipalités qui, de plus en plus, cherchent une façon concrète de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Parmi elles, la ville de Gatineau a choisi de confier la gestion de ses déchets résidentiels à Derichebourg, qui possède une flotte d’une trentaine de camions.

Les clients d’Effenco peuvent bénéficier d’une mesure d’aide grâce au programme Écocamionnage offert par Transports Québec, qui a pour but de les soutenir dans leurs efforts de réduction des GES. Ce programme, financé par le Fonds vert, s’inscrit dans le Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

Cette technologie est disponible pour un montant moins de 10 % supérieur à celui d’un camion, voire 6 % si le client souscrit au programme Écocamionnage. Et les gains sur le plan économique sont importants : cela peut représenter une réduction de carburant allant jusqu’à 10 000 $ par année.

Pas d’innovation depuis 30 ans

Sur le plan environnemental, nous mentionne Colin Ryan, président d’Effenco, « on parle d’une réduction de 300 tonnes de CO2 pendant la durée de vie utile de 10 ans, soit 30 tonnes de CO2 annuellement. Ce qu’il faut regarder, c’est [le rapport entre] l’investissement nécessaire [et] la réduction des émissions de GES attendue. Certains projets sont trop coûteux avec pour résultat de faibles réductions d’émissions. »

 » Dans l’industrie de la collecte des matières résiduelles, il n’y a pas eu d’innovation depuis 30 ans.

Cyrille Nottoli, directeur des activités de Derichebourg en Amérique du Nord

Le PDG Thomas Derichebourg, du groupe international implanté au Québec depuis 2016, soucieux de réaliser des activités de façon plus écologique, est très content d’avoir accès à une technologie locale pour réduire ses émissions de GES. En plus de créer environ 200 emplois, le groupe est un leader en Amérique du Nord en matière d’électrification des camions de vidanges.

D’ici 2018, l’ensemble de la flotte, composée de 90 véhicules, sera muni du système hybride Start-Stop Active.

New York, New York… et bientôt Paris?

Pour Effenco, le marché européen possède un fort potentiel, notamment en raison du coût élevé du carburant et des préoccupations environnementales plus affirmées. Des rencontres sont à prévoir avec des dirigeants de la ville de Paris pour promouvoir la technologie. À New York, la technologie a été testée avec succès pendant deux ans. L’entreprise est fin prête pour participer au prochain appel d’offres de la ville afin d’équiper un maximum de camions-poubelles.

Selon l’inventaire 2013 de la ville de Montréal, 42 % des émissions de GES proviennent du secteur des transports. En 2010, les émissions de GES des véhicules gérés par la ville de Montréal représentaient 34 % de l’ensemble des émissions générées par les activités municipales.

Un camion-poubelle standard émet 90 tonnes de CO2 par année comparativement à 65 tonnes par année pour les camions-poubelles hybrides Stop-Start Active.

Convertir une flotte de 60 camions à la technologie hybride permettra de réduire les émissions de GES dans une proportion équivalente à 2 500 tonnes de CO2 par année, ce qui correspond à 793 voitures sur la route par année.