Près de 50 propositions concrètes pour mieux gérer les risques d’inondation

/ 09 avril 2018
On s'adapte !
Le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ) a présenté une série de 47 propositions pour passer d’une approche réactive à une gestion intégrée des risques d’inondation (GIRI) axée sur la prévention, la planification et la collaboration. Parmi les solutions proposées, plusieurs concernent l’aménagement du territoire à l’échelle du bassin versant. Pour Antoine Verville, directeur général du ROBVQ, « une bonne gestion des inondations devrait se baser sur des actions de prévention et d’atténuation des inondations, comme la restauration de milieux humides riverains, une gestion durable des eaux de pluie en amont des secteurs inondés ou encore une meilleure gestion du ruissellement ». « Des campagnes d’information et de sensibilisation sont aussi nécessaires, de même qu’une meilleure connaissance des sensibilités de nos communautés et de nos infrastructures », poursuit-il. La documentation et la réduction des vulnérabilités et le développement d’une culture du risque figurent d’ailleurs parmi les huit catégories de propositions formulées, aux côtés de la cartographie et de l’acquisition de connaissances sur les aléas fluviaux, des interventions sur les rives et dans les cours d’eau, de l’aménagement du territoire, de l’accès aux informations et aux données, de la gouvernance et de la culture du risque. L’acquisition de connaissances sur les aléas fluviaux de même que la production ou la mise à jour de la cartographie de l’ensemble des zones inondables sont essentielles dans une optique de prévention et d’aménagement durable du territoire. Les propositions du ROBVQ invitent à considérer non seulement les inondations printanières, mais aussi un large spectre d’aléas fluviaux. Les pistes de solutions rendues publiques aujourd’hui sont accompagnées de propositions de rôles que les organismes de bassins versants (OBV) du Québec souhaitent jouer en appui à la mise en œuvre d’une gestion intégrée des risques d’inondation.

Source : ROBVQ