Inondations : des solutions concrètes pour les municipalités

/ 01 février 2018
Le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ) et le Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique (GRIL) présentent aujourd’hui le 1er février Agir en amont : un congrès provincial sur la gestion des inondations. L’événement tenu à Drummondville s’adresse principalement aux municipalités ainsi qu’aux acteurs impliqués dans la prévention et la gestion des risques. Il s’intègre dans le projet Rés-Alliance, coordonné par le ROBVQ et financée par le Fonds vert dans le cadre d’Action-Climat Québec, qui rassemble et soutient plus de 20 collectivités dans leurs initiatives d’adaptation aux changements hydroclimatiques. Le congrès vise notamment à fournir les derniers outils et connaissances pour la prise de décision et l’optimisation des pratiques d’aménagement face aux risques d’inondations. Ce rassemblement témoigne aussi d’un mouvement notoire au Québec, un élan qui rassemble des dizaines d’organismes et experts, en plus de centaines d’acteurs de l’eau, qui, tous ensembles, agissent pour permettre aux environnements aquatiques et communautés touchées de s’adapter aux changements climatiques.

À l’origine de l’organisation de ce congrès, un questionnement : que doit-on apprendre des inondations qui ont affecté le Québec au printemps, à l’automne et cet hiver? Aurait-on pu en éviter les impacts, les prévenir ? Directeur général du ROBVQ, Antoine Verville croit que oui. « Il existe des façons de mieux se préparer, de prévenir les risques. Ces façons sont connues des experts et c’est ce que nous souhaitons faire avec ce congrès sur la gestion des inondations : les porter à l’attention des décideurs et gestionnaires municipaux, leur en montrer l’applicabilité, en discuter et mettre en valeur des initiatives innovantes. »  Au terme de cet événement, les participants auront en mains des exemples de solutions applicables et des pistes d’action concrètes. Favoriser le dialogue entre les experts et la communauté fait partie des mandats du GRIL. « Ces chercheurs sauront apporter des connaissances essentielles à un meilleur aménagement du territoire et démontrer qu’une gestion proactive plutôt que réactive peut apporter des bénéfices à long terme et réduire l’impact des inondations sur la qualité de nos cours d’eau et les populations riveraines », explique Beatrix Beisner, directrice du GRIL. Agir en amont rassemble aujourd’hui, autour de six séances thématiques représentatives de la définition du risque et de la mise en place de plans de gestion intégrée du risque d’inondations, les témoignages, expériences et initiatives de représentants des milieux municipaux, universitaires et gouvernementaux afin d’apporter et de partager des éléments et exemples de mise en œuvre.

Rappelons qu’il y a près d’un an, 261 municipalités ont été impactées par des événements climatiques de débâcle printanière qui ont provoqué des dommages chiffrés à plusieurs centaines de millions de dollars sur les territoires riverains au Saint-Laurent, tels que dans la région des Outaouais, celle de Montréal ou encore sur les abords du lac Saint-Pierre. 5260 résidences et 557 routes ont été affectées, alors que plus de 4000 personnes ont dû être évacuées. Les  rivières Montmorency, Saint-Charles, Sainte-Anne et Saint-François ont, quant à elles, connu des embâcles conséquents en ce début d’année 2018 rappelant l’urgence de mettre en place un large débat sur ces questions.

Source : Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ)